ep4-les-arbres

Disneyland Paris : l’enVERT du décor [ÉPISODE 4 : LES ARBRES]

Lumière sur les trésors cachés de Disneyland Paris : des topiaires aux plantes exotiques, en passant par les ruches, les fleurs et les arbres. Dans ce quatrième épisode, on part à la découverte des arbres et des secrets de la taille des arbres nuages avec Martial Riot, arboriste, et Charles Beaumont, jardinier paysagiste à Disneyland Paris.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

plantes exotiques

Disneyland Paris : l’enVERT du décor [ÉPISODE 5 : LES PLANTES EXOTIQUES]

Lumière sur les trésors cachés de Disneyland Paris : des topiaires aux plantes exotiques, en passant par les ruches, les fleurs et les arbres. Dans ce cinquième et dernier épisode, on part à la découverte des plantes exotiques d’Adventurland avec Didier Fleurquin, jardinier à Disneyland Paris.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Heritage Days 2020

Disneyland Paris Célèbre son Patrimoine et ses métiers d’art

Chaque année, lors des Journées Européennes du Patrimoine, musées et monuments ouvrent leurs portes pour que les visiteurs puissent découvrir le plus grands trésors de France et d’Europe. Les samedi 19 septembre et dimanche 20 septembre 2020, à Paris et en Ile de France de nombreux musées, monuments et châteaux, ainsi que d’autres lieux culturels ouvriront leurs portes gratuitement pour que les visiteurs puissent profiter d’activités, de visites guidées et d’expositions. Pour la troisième année consécutive, Disneyland Paris participera à l’évènement, en célébrant virtuellement ses métiers d’art et en mettant à l’honneur son patrimoine artistique au cours d’un weekend unique. 

Disneyland Paris® est le berceau de 28 ans d’expertise dans le domaine du spectacle. La créativité et le travail minutieux des « lmagineers », terme utilisé pour désigner les équipes en charge de la conception des univers Disney, ne cessent de faire voyager nos visiteurs dans des univers totalement immersifs. 

Parades, spectacles musicaux, happenings en tous genres : Disneyland Paris est aussi une scène riche et diverse, qui se renouvelle au fil des saisons, mobilisant des centaines d’artistes aux spécialités les plus variées. Des toits du restaurant Fuente del Oro, lors du spectacle Zorro de l’été 1993, aux scènes de Central Plaza, la destination est un véritable théâtre a ciel ouvert ! Depuis l’ouverture du Parc Disneyland en 1992, plus de 80 parades et cavalcades se sont succédées.

Cette année, les internautes découvriront en ligne :

  • Un tour guidé exclusif consacré au patrimoine culturel et aux inspirations artistiques de nos parcs à thèmes, mettant en lumière l’architecture, l’histoire et l’artisanat local de la première destination touristique d’Europe, au travers de trois focus : le Château de la Belle au Bois Dormant et Discoveryland au Parc Disneyland, et la Place de Rémy au Parc Walt Disney Studios. 
  • Un reportage vidéo sur les costumes des Audio-Animatronics.
  • En complément, les visiteurs pourront découvrir virtuellement une exposition offrant une rétrospective de fabuleux costumes de scènes, modèles de chars et des photographies inédites, en compagnie d’un Metteur en Scène de la destination à qui ils pourront poser des questions en stories sur le compte Instagram de Disneyland Paris.

A Disneyland Paris, il existe de nombreuses histoires qui vous plongent dans un monde unique. Walt Disney ayant des origines Françaises, c’est tout naturellement que nous partons pour un voyage dédié à la France… à Disneyland Paris ! À l’occasion des Journées du Patrimoine, laissez cette visite guidée vous dévoiler une partie des détails empruntés à la culture française présents dans nos Parcs Disney !

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Le Patrimoine à Disneyland Paris : dans les coulisses des attractions

Saviez-vous que les matelots de Pirates of the Caribbean, les esprits de Phantom Manor et toutes les stars des attractions de Disneyland Paris bénéficient de soins quotidiens de la part des équipes en coulisses ? Les Audio-Animatronics mais aussi les figures statiques nécessitent une attention toute particulière pour que la magie opère chaque jour et ce depuis déjà plus de 28 ans. 
 
Chaque matin, des couturières effectuent un tour minutieux dans les attractions des Parcs Disney afin de s’assurer que tout est en ordre et signaler les ajustements et réparations de costumes à effectuer. Elles travaillent en étroite collaboration avec les équipes Figure Finishing et Walt Disney Imagineering afin de préserver le patrimoine de la première destination touristique d’Europe. 
 
Quel fantôme a besoin de raccords costume ? Quelles sont les nouvelles techniques à inclure ? Est-ce que les barbes des sept nains sont toujours aussi impeccables ? Quel pirate nécessite un nouveau travail de peinture « lumière noire » ? Réponses avec ce nouveau reportage vidéo dans les coulisses des costumes des attractions de Disneyland Paris.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

 Il existe plus de 500 000 pièces différentes uniquement pour les costumes opérationnels sur la Destination ! 
Ce sont plus de 31 000 articles créés pour la partie spectacle depuis 1992.
A l’occasion du Festival Pirates et Princesses 45 000 mètres de fil de pêche ont été nécessaires à la création des costumes du camp des Princesses !
Le Spectacle Mickey et le Magicien a reçu une récompense de meilleure production Théâtrale (IAAPA) en 2016 et Trophée « coup de cœur » pour l’adaptation en Langue des Signes Française (Association Tourisme & Handicaps) en 2018 
Nicolas

Rencontre avec Nicolas Cueff, Concepteur Maquillage

Les maquillages sont une composante essentielle de la féérie des spectacles et parades de Disneyland Paris. Le Concepteur Maquillage Nicolas Cueff nous en dit plus sur son métier, ainsi que sur son travail dans le cadre du Festival Halloween Disney.

Comment es-tu devenu Concepteur Maquillage à Disneyland Paris ?

J’ai toujours rêvé de travailler dans le monde du spectacle. Après une double formation de coiffeur et de maquilleur, je me suis donc spécialisé dans la coiffure « studio ». A la fin de mes études, une de mes professeures, qui travaillait de temps en temps à Disneyland Paris, m’a suggéré de postuler, et trois semaines plus tard, je décrochais mon premier contrat ! C’était en 2004, et déjà pour Halloween ! Ce fut très impressionnant car pour nous, maquilleurs, c’est une saison particulièrement intense. Il y avait énormément d’artistes à coiffer et à maquiller. De plus, certains maquillages demandaient des prothèses et d’autres techniques très spécifiques. Heureusement, j’ai pu bénéficier de la bienveillance et des conseils de toute l’équipe. J’ai beaucoup appris pendant cette période.  J’ai passé plus de 10 ans au département Cosmétologie, durant lesquels j’ai coiffé et maquillé sur la plupart des spectacles et parades des Parcs. Puis, il y a trois ans, notre direction s’est dit qu’il serait intéressant de créer une cellule composée de designers spécialisés dans le maquillage et la coiffure, tout comme les costumes ou les décors, et c’est ainsi qu’est né le département Cosmétologie créative, où je travaille en tant que Concepteur Maquillage Coiffure Perruque. Nous avons ouvert ce département à deux, et maintenant nous sommes trois. Mon premier projet à ce poste fut Le Festival Pirates et Princesses, puis nous avons continué avec notamment Le Festival du Roi Lion et de la Jungle, qui est particulièrement riche en maquillages. 

En quoi consiste ton travail ?

Tout commence par le design d’un maquillage. Une fois qu’il a été validé, nous réalisons une fiche technique détaillée, indiquant les différents produits à utiliser pour chaque rôle et les endroits du visage où les appliquer, afin de servir de support aux maquilleuses et maquilleurs sur le terrain. Nous organisons des formations à leur intention afin qu’ils puissent s’entraîner et pleinement maîtriser chaque modèle. Cela nous aide également à déterminer les temps de maquillages qui seront nécessaires. Certains artistes peuvent se maquiller eux-mêmes. Il faut les former eux-aussi. Et une fois le spectacle lancé, nous accompagnons le travail des maquilleurs. Car le maquillage n’est pas une science exacte. On peut demander à deux personnes de faire la même chose sans jamais avoir le même résultat. Il faut donc nous assurer que le design original est bien respecté, et ce tout au long de la production. Enfin, un autre aspect de notre travail à mes collègues et moi-même consiste à évaluer et à passer les commandes de tous les produits de maquillage et perruques nécessaires pour les saisons et les spectacles.

Comment se passe la création d’un maquillage ?

Au départ, j’utilise toujours un papier et des crayons. J’ai toujours mes couleurs avec moi et j’ai souvent besoin de poser à plat les premières idées, que ce soit dans le choix des teintes ou leur disposition sur le visage. Puis très rapidement je m’entraîne sur visage humain car le travail sur les formes et les volumes m’inspire également beaucoup. Enfin, pour les fiches techniques, je travaille avec des infographistes afin de proposer des modèles les plus précis possible. 

Parmi mes sources d’inspiration, il y a très souvent les dessins-animés de Disney. Il y a aussi le Metteur en Scène, qui va m’expliquer ce qu’il souhaite : les couleurs qu’il a en tête, les matières qui seront utilisées pour les décors, etc. Tout cela me donne un aperçu de l’atmosphère qu’il y aura sur le spectacle. Et ensuite, je rencontre les designers costumes, pour préciser la manière dont le maquillage va s’intégrer dans l’ensemble de la tenue de l’artiste.

Quel est l’esprit du Festival Halloween Disney ?

Il y a plusieurs thèmes. D’un côté, l’automne, avec des tons marron, orangés, ou encore des teintes citrouille, et de l’autre la frayeur, marquée par des couleurs sombres. Ursula et ses murènes feront également quelques apparitions surprises, qui nous plongeront dans l’océan. C’est une palette très large.

Quelles sont les créations les plus emblématiques du Festival ?

Cette saison sera riche en surprises qui ne seront pas les mêmes d’une journée sur l’autre. Il faudra être prêt à tout, et garder les yeux grands ouverts ! Vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur un char ou une animation étonnante, qui peuvent surgir à tout moment. 

Pour moi, l’une des créations emblématiques que j’ai imaginé il y a quelques années est le personnage que nous appelons « la Fille-Corbeau ». C’est un rôle très mystérieux, d’autant qu’elle est cachée dans un arbre. Elle est habillée dans des couleurs froides, notamment son chapeau en dentelle, ce qui fait que nous sommes partis sur du noir et du vert-kaki. 

Dans la mesure où son chapeau occupe le haut de son visage, le Metteur en scène m’a demandé de concevoir un maquillage original pour le bas. En m’inspirant à la fois du char et du costume, j’ai imaginé comme des racines qui monteraient sur le menton et la mâchoire.
 

Ce mélange d’animal et de végétal fait penser à un autre spectacle auquel vous avez participé, La Forêt de l’Enchantement : Une Aventure Musicale Disney. En quoi cette expérience a nourri votre travail sur le Festival Halloween Disney ?

La Forêt de l’Enchantement fut un projet particulièrement créatif qui m’a permis de développer de nombreuses techniques dont je me sers encore souvent aujourd’hui. C’était la première fois que j’avais autant de maquillages à créer, et sur autant de thèmes différents parmi lesquels la faune et la flore. Cette expérience m’a beaucoup aidé pour concevoir le maquillage de la Fille-Corbeau, dans la mesure où on retrouve ces deux éléments dans ce personnage dont le corps est un arbre, et la tête un corbeau posé sur cet arbre. D’où l’idée de faire en sorte que le bas du visage évoque des racines, tandis que le haut, avec le bec et le chapeau, représente l’animal. 


Tu citais les acolytes d’Ursula, qui l’accompagneront lors de ses apparitions surprises. Comment as-tu imaginé leur maquillage ?

Nous sommes partis de la couleur des costumes, qui évoquent l’océan, et nous avons imaginé un maquillage avec différents tons de bleu, et un jeu sur les ombres et les lumières. Nous avons également repris un peu du vert des murènes. Les Metteurs en Scène ont souvent des idées très précises sur l’histoire de chaque personnage. Pour les danseurs qui accompagnent les deux murènes, le mot d’ordre était d’oublier l’humain. Cela nous a donné envie de casser les lignes et de créer un maquillage qui déforme le visage, avec des yeux asymétriques. On a vraiment l’impression de créatures d’un autre monde. Pour nous, c’est formidable d’avoir autant de liberté ! 

Pour toi, qu’est-ce qu’un maquillage « Disney » ?

C’est vraiment un maquillage de scène. Il faut que tout soit « plus » ! On va être plus coloré, ou encore plus intense parce qu’il faut qu’il se voie de loin et qu’il reflète la personnalité du personnage. Le maquillage doit faire partie intégrante du spectacle et participer à l’émerveillement des spectateurs. C’est le contraire d’une émission télé ou de certains films pour lesquels il faut faire en sorte que le maquillage ne se voie pas. À Disneyland Paris, nous utilisons le maquillage comme un art à part entière, et nous le revendiquons en tant que tel !

Le Festival Halloween Disney est aussi un moment où nos visiteurs peuvent eux-aussi venir maquillés. Quelles sont les tendances de cette année ?

Dans la mesure où il faut porter un masque, je conseillerai de tout miser sur le regard ! Pour Halloween, avoir un regard souligné, c’est toujours très joli. Et l’eyeliner noir et le fumé noir sont toujours du plus bel effet !
 

Quels conseils donnerais-tu à celles et ceux qui rêvent de se lancer comme toi dans le maquillage professionnel ?

C’est un métier très technique qui s’apprend en école, mais aussi beaucoup sur le terrain. Il faut être très patient car cela prend du temps. Chaque visage est différent, et une technique qui fonctionne bien sur une personne ne fonctionnera pas forcément sur une autre. De plus, la mode change tout le temps. Il faut donc s’adapter en permanence. Mais aussi, il faut aimer les gens. On ne peut pas « juste » maquiller. Quand on maquille ou on coiffe quelqu’un, il y a toujours un lien qui se crée. Il faut savoir écouter et être de bon conseil tout en restant discret. Les maquilleurs qui ont fait les plus grandes carrières sont évidemment de très bons techniciens, mais ce sont aussi des gens qui ont su développer un grand sens des relations humaines. C’est aussi ce qui fait que j’adore mon métier !

IMG_4631

Photographes Disney PhotoPass – “We Capture Dream and Happiness”*

*(Nous immortalisons le rêve et le bonheur)

A l’occasion de cette saison d’Halloween, de nouveaux Magics Shots ont fait leur apparition dans nos Parcs. Afin de capturer ces moments magiques, l’équipe des photographes opérationnels s’est brillamment adaptée à cette nouvelle offre. Misaël Leclercq, Manager de l’équipe Photographes, nous dévoile les coulisses de cette toute nouvelle expérience.

Peux-tu nous expliquer quel est le rôle de l’équipe photographe au sein du parc ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’à l’ouverture du Parc, en 1992, cette équipe n’existait pas. C’est seulement à partir du 15 juillet 1995 que la division Merchandise s’est enrichie avec l’arrivée de 3 photographes, dont le rôle était notamment d’immortaliser les rencontres entre les Personnages Disney et nos visiteurs. Au cours des années suivantes, cette équipe n’a cessé de s’agrandir. Et c’est finalement en janvier 2018 que la décision a été prise de transférer les équipes Photographes à la division Spectacle.

Aujourd’hui, l’équipe rassemble entre 80 et 120 photographes selon les saisons et notre objectif est de capturer les souvenirs de nos visiteurs. Notre slogan est « We Capture Dream and Happiness”. J’ai la chance d’être entouré d’une équipe talentueuse regroupant des photographes aux diverses spécialités (photographes sportifs, studios, animaliers, etc.) : cela nous permet d’être une équipe tout terrain et d’être présents dans les parcs, mais également dans les hôtels et sur les événements.

Quelle est la particularité de cette équipe ?

Ce que l’on fait à Disneyland Paris et dans nos autres parcs Disney n’existe presque nulle part ailleurs. Les photos que l’on prend doivent être réussies et de qualité car elles sont directement transférées sur les PhotoPass de nos visiteurs. Aussi, notre équipe étant composée de nombreux et divers talents cela permet également d’apprendre les uns des autres. Pour vous donner un exemple concret, Tina Malfilatre, spécialisée dans la photo animalière en mouvement, a proposé aux autres photographes de l’équipe une formation afin de partager son savoir- faire et de les aider à acquérir de nouvelles compétences. Car au quotidien, les photographes réalisent principalement des photos portrait. Mais avec l’arrivée d’événements comme Run Disney, il a fallu mettre en place une formation particulière, car prendre en photo un coureur en mouvement n’a rien à voir avec une photo de visiteur posant aux côtés de son Personnage préféré. Le partage de savoir-faire est donc primordial, et c’est là que des connaissances comme celles de Tina peuvent enrichir les compétences de l’équipe.

Comment avez-vous mis en place les nouveaux Magic Shots ?

Pour la première saison du Festival du Roi Lion et de la Jungle, l’un de nos photographe Bart Mertens nous a proposé de tester les Magic Shots ; ce service est déjà disponible chez nos homologues américains et connait un franc succès. Les Magic Shots consistent à interagir virtuellement avec quelques-uns de vos personnages préférés, et il est également possible d’ajouter des contenus Disney exclusifs aux photos Disney PhotoPass : souvenir féérique assuré !

Après ce test concluant, nous avons réalisé un véritable travail d’équipe entre Entertainment, Walt Disney Imagineering, nos partenaires américains, et bien sûr les équipes Imaging de la division Merchandise qui ont joué un rôle décisif dans la mise en place des Magic Shots. Cela a créé un lien particulier entre nos différentes équipes.

Afin de répondre au mieux à la demande, nous avons étudié les lieux sur lesquels les visiteurs se prenaient le plus en photo, ensuite nous avons travaillé avec WDI pour raconter une histoire différente pour chaque Magic Shot. Ainsi nous sommes maintenant présents sur des lieux iconiques tels que Central Plaza, ou encore devant la statue de Walt Disney et Mickey à la sortie de Studio 1 dans le Parc Walt Disney Studios.

Ce tout nouveau service a été un véritable challenge pour notre équipe, mais nous avons brillamment su nous adapter, nous avons reçu 70 compliments de visiteurs depuis la réouverture au mois de juillet.

Comment vous êtes-vous adaptés aux Selfie Spots?

Nous avions pu entamer un vrai travail de réflexion autour du principe des selfies spots bien avant la réouverture grâce à l’engagement de Cast Members comme Ombeline Chio, qui m’a contacté pendant le confinement pour se porter volontaire. J’ai pu ainsi constituer une petite équipe pour travailler sur l’adaptation du rôle des photographes avec l’arrivée des selfies spots.

Nous avons ainsi réfléchi à ce qui pouvait être la meilleure façon de respecter les mesures sanitaires tout en offrant un souvenir inoubliable à nos visiteurs, comme par exemple à Starport où nous avons utilisé des éléments de décors pour maintenir une distance de sécurité entre Dark Vador, les visiteurs et le photographe.

Notre présidente Natacha Rafalski a rendu visite aux équipes Photographes le 29 septembre dernier.

Désormais, nous souhaitons aller plus loin, et nous travaillons sur le fait de pouvoir charger de façon systématique des photos des Personnages Disney sur chaque PhotoPass. Ainsi le visiteur pourra non seulement repartir avec son selfie, mais également avec de jolies photos souvenirs des Personnages Disney, prises par les photographes des parcs.

Emmanuel (4)

Souvenirs de Noël à Disneyland Paris [#2] – Partageons nos souvenirs de Noël avec Emmanuel Lenormand, Metteur en scène

Noël est une période privilégiée pour partager des moments précieux avec ceux qu’on aime, notamment à Disneyland Paris. Pour nous mettre dans l’ambiance des Fêtes, nous avons demandé à des Imagineers et des Cast Members de partager avec nous leurs plus beaux souvenirs de Noël.

Aujourd’hui, c’est au tour d’Emanuel Lenormand, Metteur en Scène.

Quel fut votre premier Noël à Disneyland Paris ?

J’ai eu la chance de pouvoir être là pour le tout premier Noël. À l’époque, j’étais Capitaine Danseur. J’avais vécu six mois en Floride avant l’ouverture, dans le cadre d’un programme de formation en vue de l’ouverture d’Euro Disneyland. C’est là que j’ai découvert ce qu’était un « Noël Disney ». J’étais émerveillé. Rien qu’au Magic Kingdom, il y avait deux sapins, plus celui des Disney’s Hollywood Studios et celui d’Epcot. J’ai halluciné de ces arbres gigantesques qu’on ne voit que dans les Parcs Disney, et de toutes ces décorations. En revenant en France, j’ai particulièrement apprécié ce premier Noël à Disneyland Paris car je retrouvais tous les ingrédients que j’avais aimés aux États-Unis, mais cette fois dans un contexte européen. J’étais émerveillé par les décorations de Main Street, U.S.A., et bien sûr le sapin. À l’époque, La Parade de Noël était présentée juste après La Parade Disney. Il y avait le char du Père Noël, les bonhommes de neige et les « dames-couronnes » qui portaient des costumes magnifiques rouges ou verts, et de grandes couronnes ornées de bougies. Tous les Personnages Disney avaient des bonnets et des écharpes. Il y avait aussi le ballet des rennes, qui étaient rigolos avec leur grande langue, ainsi que 40 soldats de plomb dont certains jouaient réellement du tambour ou de la trompette – une vraie performance !

À quels spectacles de Noël avez-vous participé ?

J’ai participé à beaucoup de spectacles, mais je me souviens tout particulièrement de Mickey’s Paradise (1995) qui se jouait tous les soirs et les week-ends sur la patinoire du Disney’s Hotel New York. Il y avait d’énormes bobines de film sur la glace et Mickey en sortait différents accessoires – la lampe d’Aladdin, une ombrelle ou encore le chapeau d’Apprenti Sorcier – qui permettaient de faire venir le Génie, Mary Poppins et Bert ainsi que Hyacinth, l’hippopotame de Fantasia. C’est un spectacle qui a eu beaucoup de succès.

Je me souviens également de Mickey et la Magie de l’Hiver (1997), qui comportait plusieurs standards de la saison comme « Let It Snow », « Baby, It’s Cold Outside » ou « Winter Wonderland ». C’était un spectacle complet. Quand mon frère est venu y assister, il m’avait dit qu’il avait eu l’impression de voir un dessin animé de Donald le dimanche après-midi à la télé, dans l’univers de Noël. On passait du rire à la nostalgie, dans un décor très réaliste. Il y avait même une patinoire sur scène ! Et à la fin, nous avions un traineau tiré par deux chevaux de Pony Farm qui débarquait sur scène avant de repartir vers les montagnes. C’était vraiment un spectacle superbe !

Quels sont vos meilleurs souvenirs de Metteur en Scène à Noël ?

Mon plus grand souvenir, c’est d’avoir créé Mickey et le Big Band de Noël en 2017 à Vidéopolis. C’était un vrai défi parce qu’on n’avait jamais fait ce genre de chose à Disneyland Paris. Notre Vice-Président en charge des spectacles, voulait vraiment qu’on aille dans cette dimension un peu Carnegie Hall, Broadway, claquettes, big band. J’en garde un excellent souvenir. Nous avons travaillé avec un chorégraphe new-yorkais, Matt West, qui avait fait les chorégraphies de la comédie musicale La Belle et la Bête à Broadway. J’ai adoré travailler avec les musiciens et les différents corps de métier sur ce projet. Par la suite, c’est Arnaud Feredj qui l’a transposé à Animagique Theater où il a vraiment sa place, mais c’était une première fois formidable !

Après, mon autre bébé, c’était Chantons Noël !, toujours à Vidéopolis, en 2018 et 2019. Le premier spectacle intégrant le Programme Disney Performing Arts, qui permet à des ensembles amateurs de se produire sur les scènes de Disneyland Paris. C’était un projet particulièrement complexe car il impliquait la participation de groupes venus de toute l’Europe et malgré toutes les difficultés logistiques, nous avons réussi à le monter ! La musique est géniale. Elle a été produite en Floride. Pour le coup, on est vraiment dans l’esprit de Noël de Dickens, avec des costumes sublimes dessinés par Sandrine Deschamp, costume designer de Disneyland Paris à qui l’on doit aussi ceux d’Un Noël Fantastitch ou encore de La Parade de Noël. C’était très amusant de travailler ainsi sur un spectacle en deux versions. Le week end, on recevait des chorales jusqu’à 100 personnes. Il y avait un impact énorme. Pour cette version, la mise en scène était plutôt très sobre afin de mettre en avant ces ensembles. Et la semaine, on avait une version sans chorale. Du coup, la chorégraphie était un peu plus élaborée pour les chanteurs et les Personnages. Et puis il y avait la magie de la vidéo, grâce à laquelle les paroles des chansons pouvaient s’afficher pour que le public puisse chanter avec nous. C’était un spectacle ravissant : quatre chanteurs, des Personnages Disney, et la magie opérait ! Noël, c’est la madeleine de Proust, des airs qui vous rappellent vos parents, vos grands-parents, la famille, des souvenirs partagés. Et notre spectacle faisait écho à tout cela d’une manière très authentique.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les différentes façons de célébrer Noël dans les spectacles de Disneyland Paris ?

Ce qui est formidable à cette époque de l’année à Disneyland Paris, c’est qu’on peut proposer toutes sortes de couleurs de Noël à nos visiteurs et chacun y trouve son compte. On peut faire du big band, du traditionnel à la Dickens, et on peut tout aussi bien se retrouver à faire de la pop ! C’est le côté fun de Disney. Comme dans Un Noël Fantastitch que j’ai créé en 2017 au Théâtre du Château. C’était une sorte de C’est Magique ! version Noël, plein d’énergie, très coloré. J’avais même insisté pour que Minnie chante la chanson de Mariah Carey, « All I Want For Christmas Is You ». On en a fait un numéro façon cabaret. Je me suis amusé comme un fou ! La première année, je m’étais aussi lâché sur les accessoires. Il y en avait partout ! Mais j’adore ça ! Ils aident vraiment à raconter les histoires. J’aime qu’une chorégraphie ait du sens et les accessoires nous aident vraiment en la matière. Je me rappelle le tableau sur Toy Story où les danseurs arrivaient avec ces grandes peluches de Buzz, Woody, Jessie, ou encore M. Patate. C’est très ludique. Enfant, quand j’allais voir des spectacles, j’étais toujours attiré par les détails et les accessoires. Cela m’a toujours passionné.

Que représente pour vous le fait de créer et de superviser les festivités de Noël de Disneyland Paris ?

C’est beaucoup de travail, mais pour moi, c’est surtout une chance unique. J’ai toujours été un fou de Noël. Quand on est petit, on l’attend longtemps et ça passe très vite. À Disneyland Paris, Noël commence dès le début du mois de novembre. C’est comme un énorme calendrier de l’Avent de presque 50 jours ! Quant à moi, je commence à y travailler encore bien plus tôt. C’est un rêve qui se réalise !

Cars Attraction Dinoco Truck

Le chantier de l’attraction inspirée de l’univers de Cars se poursuit

Parmi les transformations à venir en 2021 au Parc Walt Disney Studios : l’attraction Studio Tram Tour est actuellement entièrement transformée en une aventure inspirée de la saga Disney/Pixar Cars.

Disneyland Paris dévoile aujourd’hui de nouvelles images du chantier de l’attraction, qui inclura de nouveaux décors, des véhicules familiers pour les amateurs de la franchise à succès, une nouvelle gare d’embarquement, et un important travail paysager. Cette nouvelle aventure familiale s’inscrit dans le plan de transformation du Parc Walt Disney Studios.

Les équipes d’Imagineers Disney et de Pixar poursuivent leur collaboration et Disneyland Paris renforce son empreinte économique à différents niveaux, en faisant appel au savoir-faire et à l’expertise d’artisans à l’échelle locale, certains étant situés en Seine-et-Marne, mais aussi à l’échelle européenne, avec des fournisseurs venus d’Italie et du Royaume-Uni. Plusieurs réalisations iconiques de l’attraction ont reçu l’intervention d’entreprises situées près de Disneyland Paris, à Collégien et à Crécy-la-Chapelle notamment.

Cette attraction inspirée de Cars transportera les visiteurs dans un voyage au cœur de l’univers de Cars, revisitée par Pixar. Ce voyage sera ponctué de découvertes locales, telles que le plus grand écrou à tête plate au monde, et les visiteurs pourront apercevoir certains des Personnages de l’Univers Cars les plus populaires, faisant ainsi du Parc Walt Disney Studios un lieu d’aventures inoubliables où les histoires de Pixar prennent vie.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

HNY article

Découvrez un nouvel aperçu du Disney’s Hotel New York – The Art of Marvel lors d’une visite exclusive en compagnie des Imagineers

L’un des chantiers de Disneyland Paris les plus ambitieux de ces dernières années : le Disney’s Hotel New York – The Art of Marvel va ouvrir ses portes en 2021 !
A quelques mois de l’ouverture très attendue, les Imagineers Sylvie Massara, directeur artistique pour les hôtels à Disneyland Paris, et Thomas Muller, concepteur-scénographe, nous ouvrent les portes du Disney’s Hotel New York– The Art of Marvel.
Le projet aura nécessité deux ans d’études, puis deux ans de réalisation, impliquant une coactivité entre de nombreuses équipes internes et externes à Disneyland Paris, chacune apportant leur expertise unique et le meilleur de sa discipline à l’édifice. Le chantier représente un véritable défi, puisque l’hôtel a été complètement repensé dans un style plus contemporain, qui plongera nos visiteurs dans l’ambiance d’une galerie d’art moderne new-yorkaise. Et dès l’entrée de l’hôtel, l’esprit de la ville de New York se reflète jusque dans la verticalité des lignes architecturales, en référence aux emblématiques gratte-ciels.
L’art Marvel est partie intégrante de la transformation de l’hôtel, avec pas moins de 300 œuvres exposées, créées par plus de 95 artistes et témoignant de la richesse de l’univers Marvel. Une cinquantaine d’entre elles ont même été spécialement créées pour le lieu ! Dès leur entrée dans le lobby, les visiteurs pourront découvrir une immense bande-dessinée rétroéclairée, dont un aperçu a déjà été dévoilé. Mais ce n’est pas tout : une immense vitrine se tient également prête à accueillir trois armures à taille réelle d’Iron Man, et le célèbre bouclier de Captain America.
Le Manhattan Restaurant arborera une sculpture lumineuse, sous la forme d’un chandelier inspiré de Manhattan dans sa forme, mais aussi du royaume d’Asgard par le choix des matières et des coloris. Cette sculpture monumentale mesure pas moins de 4m de diamètre, pèse 1100kg, et est composée de 255 éléments.
Pour le Downtown Restaurant, les Imagineers ont été inspirés par les delis new-yorkais, où l’on peut généralement retrouver de nombreuses caricatures de stars. Ici, pas moins de 90 sketchs de designers Marvel seront exposés, faisant de ce lieu l’endroit de l’hôtel exposant le plus d’œuvres au mètre carré !
La réinvention des espaces a également été pensée pour correspondre aux besoins opérationnels des Cast Members. La surface du Skyline Bar a donc été modifiée, aussi bien en salle qu’en coulisses. « Nous n’avons pas fait seulement une réhabilitation très légère mais une réinvention de tous les espaces, de façon à ce que cela corresponde aux besoins opérationnels, ainsi qu’à ceux des employés » explique Sylvie Massara.
Avec le Skyline Bar, la volonté est de transporter nos visiteurs dans un bar au sommet d’un gratte-ciel new-yorkais. Thomas Muller explique « Le Skyline Bar a d’abord été reconstitué en 3D pour être utilisé dans un système de réalité virtuelle par nos collègues de Walt Disney Imagineering à Glendale, de manière à ce qu’ils puissent étudier et trouver la prise de vue qui sera projetée sur les écrans, qui soit le plus réaliste possible par rapport au positionnement du bar dans l’espace et surtout… qui ne donne pas le vertige ! ».
La transformation de l’hôtel se poursuit jusqu’à la piscine, rebaptisée Metro Pool. Le lieu a été repensé de façon à évoquer là aussi l’un des éléments incontournables de New York : le métro ! Aucun détail n’est laissé au hasard pour favoriser l’immersion des visiteurs : au sol, les marques grises que l’on peut trouver sur les quais du métro, le carrelage blanc typique sur les murs, et même le nom de certaines stations que les Super Héros auraient pu emprunter !
Découvrez à travers cette visite exclusive, un aperçu des transformations opérées dans ce qui sera le tout premier hôtel Disney dédié à l’univers Marvel.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Orbitron

Orbitron – l’aventure spatiale remise à neuf

Orbitron est un voyage jusqu’aux confins de l’espace, une aventure inspirée des dessins visionnaires du système solaire réalisés par Léonard de Vinci, présente depuis l’ouverture du parc en 1992. Aujourd’hui, cette odyssée futuriste a atterri dans une autre galaxie afin de connaître une réhabilitation qui a débuté en janvier dernier.

Cela fait maintenant plusieurs mois que les équipes FAM (Facilities Assets Management) et Ateliers Centraux de Disneyland Paris, mais aussi des prestataires locaux, œuvrent ensemble afin d’offrir à l’attraction une vraie cure de jouvence. Au programme : réhabilitation des sols, remise en peinture, refonte du système audio et file d’attente complètement revue avec notamment l’ajout d’une nouvelle guérite. L’environnement paysager, qu’il s’agisse des arbustes, des rochers et des cratères qui entourent l’attraction, sera également remis à neuf.

Mais le travail le plus impressionnant concerne toutes les parties qui ont dû être démontées puis transférées aux Ateliers Centraux pour une prise en charge optimale. Ainsi, l’immense structure montante et ses 12 fusées qui élèvent nos visiteurs jusqu’à 7,80 mètres au-dessus du sol,  ainsi que le système de rotation des planètes, ont été entièrement retirées. De quoi garantir un retour plus resplendissant que jamais ! Restez connectés pour en savoir plus sur l’avancée des travaux de cette attraction incontournable du Parc Disneyland !

Natacha and Giona

Transformer les challenges en opportunités : un entretien exclusif avec Natacha Rafalski, Présidente de Disneyland Paris

Après une année marquée par de nombreux challenges qui ont considérablement impacté l’industrie du tourisme dans son ensemble, Natacha Rafalski revient sur les défis que la première destination touristique en Europe a dû relever depuis mars 2020 et les enjeux et espoirs qu’apportent l’avenir.

Giona Prevete : Que retenez-vous de l’année qui vient de s’écouler ?

Natacha Rafalski : Je retiens principalement que nous avons su tirer parti de cette situation pour accélérer notre transformation sur tous les plans – que ce soit notre façon de travailler ou les expériences que nous voulons créer pour nos visiteurs. Notre engagement à viser l’excellence est profondément ancré dans l’ADN de notre entreprise, et cela implique une capacité à se réinventer en profondeur.

Pendant cette période, nous avons continué à transformer l’expérience visiteur. Nous avons accéléré les développements liés à au digital l’été dernier en créant une nouvelle plateforme de réservation d’accès aux parcs et en ajoutant de nouvelles fonctions à l’application officielle Disneyland Paris avec, par exemple, la possibilité de consulter les menus ou de réserver un restaurant. Et nous allons bientôt tester l’option click & collect à Casey’s Corner.

Nous avons également repensé notre offre Spectacle et fait preuve de créativité pour combiner la magie intemporelle d’une rencontre avec nos personnages et les mesures de distanciation physique requises – je pense notamment aux « Points Selfies » qui ont été l’un des premiers drivers de satisfaction pendant notre saison d’Halloween. Nous avons réfléchi à comment transformer notre offre Spectacle dans sa globalité pour proposer des expériences toujours plus uniques car nous savons que les attentes de nos visiteurs sont en perpétuelle évolution. Nous allons poursuivre cette réinvention en nous appuyant toujours plus sur notre marque et nos franchises et accroître la présence de nos personnages dans les parcs.

Nous avons aussi poursuivi nos projets de rénovation visant à sublimer beaucoup de nos lieux emblématiques. Ce souci constant du détail nous permettra de continuer à proposer l’expérience Disney qui nous distingue ! Nous avons rénové des attractions iconiques comme Buzz Lightyear Laser Blast, Le Carrousel de Lancelot, Les Voyages de Pinocchio et Blanche-Neige et Les Sept Nains – sans oublier Orbitron, l’un des symboles de Discoveryland.

En interne, nous avons travaillé main dans la main avec nos partenaires sociaux pour repenser notre organisation du travail – un levier important pour préparer l’avenir et renforcer notre leadership de 30 ans en tant qu’employeur de référence. Notre ambition était d’identifier les meilleures options possibles à la fois pour nos Cast Members et pour notre business tout en absorbant au mieux les impacts de cette crise mondiale sur le court et le long terme. Les principaux changements ont été l’application des horaires adaptés pour nos Cast Members en opérations, ce qui nous a permis de mieux maîtriser nos besoins, et la généralisation du télétravail qui nous a permis de gagner en flexibilité et en efficacité.

Cette dynamique de transformation s’applique à tout ce que nous faisons, y compris au-delà de notre destination. Nous avons complètement réinventé notre façon de soutenir les communautés locales, là encore, en faisant preuve d’agilité et en explorant de nouvelles options. Nos Disney VoluntEARS – des employés qui s’engagent dans des actions bénévoles – ont travaillé avec nos équipes Entrepôts et Merchandise pour venir en aide aux associations, aux hôpitaux et à des partenaires locaux et nationaux avec plus de 10 millions d’euros de dons en nature depuis mars dernier. Et je voudrais partager un exemple récent de cette volonté de toujours trouver de nouvelles façons de soutenir nos communautés : la mise à disposition il y a quelques jours du centre de convention du Disney’s Newport Bay Club pour servir de centre de vaccination à grande capacité afin que les autorités compétentes puissent administrer les vaccins contre la COVID-19 à la communauté locale.

Ces douze derniers mois, nous avons relevé chaque défi en faisant preuve de créativité, avec une culture du « test and learn » et étant force de proposition pour continuer à aller de l’avant tous ensemble. 

Giona Prevete : Pendant cette période, comment avez-vous réussi à garder un lien émotionnel avec les Cast Members et les visiteurs ?

Natacha Rafalski : Même si nous savons que l’expérience de nos visiteurs commence au moment où ils interagissent avec nos agents de réservation ou des agents de voyages partenaires, nous avons dû trouver de nouveaux moyens de créer le lien avec eux mais aussi avec nos fans, nos consommateurs et nos Cast Members pour donner vie à la magie Disney au-delà de notre destination. -Et nos équipes ont redoublé d’énergie et de créativité pour redéfinir ce à quoi pouvait ressembler cette magie et maintenir un lien fort avec notre resort – je pense notamment aux « Watch Parties » sur les réseaux sociaux avec la possibilité de voir nos emblématiques spectacles et parades, le site « Disneyland Paris à la maison » avec du contenu interactif, des tutoriels Disney, des recettes, et encore plus récemment, une toute nouvelle playlist disponible sur Spotify avec les musiques de nos Parcs que nos visiteurs affectionnent tant. C’était vraiment touchant de voir nos fans exprimer toute leur passion en partageant des contenus liés à Disneyland Paris sur les réseaux sociaux – certains d’entre eux ont même recréé leurs attractions préférées chez eux. Quelle créativité !

Nous sommes aussi restés en contact avec tous nos Cast Members, en organisant des événements tels que notre traditionnelle célébration de Noël de manière digitale – en y donnant accès à nos fans cette année, sans oublier le lancement d’un site dédié à nos Cast en avril 2020 – WeCast – qui proposait du contenu divertissant et créatif tout spécialement conçu pour nos Cast Members ! Ce ne sont là que quelques illustrations de la façon dont nous avons fait perdurer ce lien émotionnel si fort avec nos différents publics.

« Notre engagement à viser l’excellence est profondément ancré dans l’ADN de notre entreprise, et cela implique une capacité à se réinventer en profondeur. »

Natacha Rafalski, Présidente de Disneyland Paris

Giona Prevete : Que retenez-vous de la journée de réouverture l’été dernier ?

Natacha Rafalski : Un mot : inoubliable ! C’était comme participer à l’ouverture d’un resort – cette joie incomparable et toute cette énergie m’ont fait penser à l’ouverture de Disneyland Paris en 1992 où j’ai eu la chance d’être présente aux côtés de ma mère et plus récemment, celle de Shanghai Disney Resort. Avant même d’ouvrir nos portes, j’ai été touchée de voir l’enthousiasme des Cast Members de retour sur site, impatients d’accueillir à nouveau nos visiteurs. Tout le monde dansait sur la chanson créée spécialement pour cet événement. Je n’oublierai jamais les étoiles dans leurs yeux et le moment où les premiers visiteurs ont remonté Main Street, U.S.A. et redécouvert le Château de la Belle au Bois Dormant. Entendre à nouveau les rires d’enfants, les cris dans les attractions et les musiques dans les allées de nos Parcs…tout cela était vraiment magique.

 « Je suis sûre que l’industrie du tourisme se relèvera. Plus que jamais, tout le monde a besoin et envie de se retrouver et de créer de nouveaux souvenirs en famille ou entre amis. Et quel meilleur endroit qu’un resort Disney ?”

Natacha Rafalski, Présidente de Disneyland Paris

Giona Prevete : Comment envisagez-vous l’avenir de notre destination et plus largement, celui de l’industrie du tourisme ?
Natacha Rafalski : J’ai toute confiance en l’avenir. Je suis certaine que l’industrie du tourisme se relèvera. Et en tant que première destination touristique en Europe, Disneyland Paris continuera de jouer un rôle clé dans cette relance. Plus que jamais, tout le monde a besoin et envie de se retrouver et de créer de nouveaux souvenirs en famille ou entre amis. Et quel meilleur endroit qu’un resort Disney ? Notre mission, celle de créer du bonheur, n’a jamais été aussi importante. A travers le segment Disney Parks, Experiences and Products, nous avons montré depuis des mois que nous sommes en mesure d’opérer nos parcs de manière responsable avec la réouverture réussie de nos plusieurs de nos destinations. Et cette dynamique positive continue avec la réouverture le 30 avril prochain de Disneyland Resort en Californie.

Je suis convaincue que nous sortirons de cette crise plus fort. Nous avons adopté une direction stratégique nous permettant d’être plus agile et de positionner favorablement Disneyland Paris pour l’avenir. Et je dois dire à quel point tout le soutien exprimé par nos fans, les détenteurs de Pass Annuels et nos visiteurs nous porte et nous inspire. Tous les messages et les commentaires positifs que nous recevons sur les réseaux sociaux témoignent de leur loyauté et de la passion qui les anime pour notre marque – c’est quelque chose que nous avons vu encore récemment avec la célébration de notre 29ème anniversaire en virtuel.

Giona Prevete : Quelle est la suite pour Disneyland Paris ?

Natacha Rafalski : Nos équipes ont fait un travail exceptionnel pour concevoir les expériences de demain axées sur nos franchises. Parmi elles, l’ouverture très attendue du Disney’s Hotel New York – The Art of Marvel ou celle de l’attraction Cars ROAD TRIP. Sans oublier les travaux de restauration de notre Château de la Belle au Bois Dormant qui font appel à l’expertise de nos Imagineers et de nos équipes Construction et au savoir-faire des entreprises avec lesquelles nous travaillons comme Le Bras Frères. Côté Spectacle, nous dévoilerons bientôt de nouveaux « Points Selfies » et il y aura plus de Personnages que jamais qui feront chaque jour des apparitions à travers les parcs – des Personnages préférés de nos visiteurs vêtus de nouveaux costumes en passant par des Personnages plus rares, sans oublier une nouvelle chanson diffusée lors de notre réouverture.

Sur le long terme, nous nous concentrons sur la transformation du Parc Walt Disney Studios avec notre plan d’expansion sur plusieurs années – le premier temps fort prévu étant l’ouverture d’Avengers Campus. J’ai eu l’opportunité de visiter ce nouveau land à Disney California Adventure Park et même tester l’attraction dédiée à Spiderman – et je peux vous dire qu’ici, à Disneyland Paris, la construction avance à grands pas.

En lien avec les attentes de nos visiteurs, nous continuons à repenser nos offres Restauration et Merchandise pour proposer toujours plus de variété et faire appel à la digitalisation comme je l’ai mentionné plus tôt. Au-delà de nos parcs, nous allons poursuivre la transformation de nos hôtels pour offrir une expérience toujours plus immersive en mettant à l’honneur nos franchises – faisant de chacun de nos hôtels un incontournable de chaque visite ! Et la réhabilitation du Disneyland Hotel que nous venons tout juste d’annoncer est en une magnifique illustration. Ce projet s’inscrit dans le repositionnement stratégique de nos hôtels Disney qui a débuté il y a quelques années, avec le Disney’s Hotel Santa Fe, le Disney’s Hotel Cheyenne et plus récemment le Disney’s Hotel New York. A travers cette transformation, c’est une expérience toujours plus exceptionnelle et un storytelling immersif que nous allons proposer en célébrant l’univers des Princesses et des Princes de nos histoires préférées, issus des grands classiques comme La Belle et la Bête, Cendrillon et La Belle au bois dormant, mais aussi des succès les plus récents comme La Reine des Neiges et Raiponce.

C’est loin d’être exhaustif, tout le travail en cours est absolument remarquable !

Il y a tant de raisons d’être optimiste ! Je suis vraiment heureuse de poser les jalons du futur aux côtés de nos Cast Members et de nos visiteurs. Nous avons toutes et tous hâte de vous retrouver !