La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale – Entretien avec Matt Walker (Executive WDI Music Studio) et Yaron Spiwak (Producteur)

[vc_row][vc_column][vc_column_text]La musique est une part essentielle de la magie de l’attraction La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale. Deux de ses créateurs, Matt Walker, qui est en charge de la musique pour l’ensemble des Parcs Disney et le producteur musical Yaron Spiwak, nous en disent plus :

Vous avez travaillé tous les deux sur de nombreux projets liés à La Reine des Neiges pour les Parcs Disney et la Disney Cruise Line. Selon vous, qu’est-ce qui rend La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale unique ?

Matt Walker : La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale est une attraction qui offre non seulement la possibilité de revivre des moments emblématiques du film, mais plus encore d’y participer. C’est une expérience particulièrement immersive pour le public. Ce fut un plaisir pour nous de partir de la musique du film et de faire en sorte qu’elle participe pleinement de cette expérience.

Yaron Spiwak : Que ce soit la parade La Reine des Neiges 2 : Un Voyage Enchanteur, le segment dédié à La Reine des Neiges dans Mickey et le MagicienFrozen – Live at the Hyperion au parc Disney California Adventure ou les spectacles de la Disney Cruise Line, il n’existe pas deux versions qui se ressemblent. Chaque spectacle a sa propre identité et propose une vision différente du film. Ce qui rend La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale unique, c’est qu’elle associe comme jamais notre savoir-faire en matière de cinéma, d’expériences immersives et de spectacle.

Quel fut exactement votre rôle sur ce projet ?

MW : Ce fut un rôle de guide et de soutien sur le plan musical. Nous avons participé à son développement dès le départ, puis nous l’avons accompagné tout au long du processus, notamment lors de l’enregistrement et de l’intégration finale dans le spectacle.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13971″ img_size=”large”][vc_column_text]Comment a débuté la création de cette musique ?

MW : Nous avons commencé à travailler sur cette attraction à peu près un an avant son ouverture. Yaron ayant déjà participé à différent projets liés à La Reine des Neiges depuis la sortie du film, il était la personne idéale pour accompagner celui-ci en tant que créatif et producteur. A partir de là, nous avons fait appel à Jonathan Barr pour assurer le suivi sur place en tant que producteur musical. Dans la mesure où il s’agit essentiellement d’une production théâtrale, il nous fallait un expert en musique qui puisse être présent pour aider les metteurs en scène en la matière.

YS : Jonathan a travaillé au quotidien avec les metteurs en scène Françoise Baffioni et Matteo Borghi, ainsi que toute l’équipe. Il collabore avec Disney depuis de nombreuses années, que ce soit en tant que producteur ou compositeur. Pour ce projet spécifique Matt et moi avons aussi suggéré Andrew Cottee, qui travaille actuellement avec des grands noms de la musique de film comme John Debney et Joel McNeely sur la série The Orville. Nous avions entendu parler de la qualité de son travail et nous nous sommes dits qu’il serait parfait pour notre projet. Son style repose sur une solide base classique à laquelle il apporte une touche très actuelle. Nous l’avons associé à un autre musicien, Marco Paguia, qui est directeur musical à Broadway et a travaillé sur le spectacle La Reine des Neiges de Disney Cruise Line. Ensemble, ils ont imaginé la musique idéale pour chaque scène de notre spectacle.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13972″ img_size=”large”][vc_column_text]Comment s’est passée cette collaboration ?

YS : Ce fut une collaboration très étroite. Un vrai travail d’équipe. Nous avons d’abord répertorié les moments les plus emblématiques du film. Ensuite, nous les avons retravaillés, édités de manière à ce qu’ils s’intègrent au mieux dans notre spectacle, puis enregistrés. Enfin, pour l’intégration finale, Jonathan a travaillé en partenariat avec l’ingénieur du son Steven Morrow, qui a une grande expérience en matière de musique de film, afin que notre musique rende parfaitement dans l’attraction.

C’est ce que j’adore à Imagineering : chaque projet repose sur une vraie collaboration. On ne travaille pas tout seul dans son studio ; on sait que l’on peut compter les uns sur les autres. C’est une création collective.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13973″ img_size=”large”][vc_column_text]Comment avez-vous adapté la partition originale aux besoins de l’attraction ?

MW : La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale est une expérience théâtrale immersive et multimédia. A ce titre, l’adaptation de la musique a mobilisé toutes nos compétences, que ce soit en termes de spectacle vivant, d’expériences immersives ou de cinéma. Notre métier est au carrefour de toutes ces disciplines, ce qui le rend vraiment passionnant.

YS :  Notre premier défi a été, pour le moment où vous entrez dans la pièce, de remettre le public dans l’ambiance de La Reine des Neiges, et ce sans recourir aux dialogues. Nous avons donc imaginé ce medley qui concentre un grand nombre des chansons du film d’une manière à la fois poignante et héroïque, afin de donner envie aux visiteurs d’aller plus avant pour découvrir notre spectacle. Jonathan, Andrew et Marco ont fait un travail formidable, et la première fois que les metteurs en scène l’ont découvert, ils ont été profondément émus. Et moi aussi ! On se retrouve plongé dans l’histoire un peu à la manière de la séquence d’ouverture de Là-Haut. Pour ce moment, nous avons fait appel à des techniques d’écritures typiques de la musique de film et le résultat est tout simplement magique.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13977″ img_size=”large”][vc_column_text]Après cela, pour le passage vers Arendelle, nous utilisons la bande-son exactement de la même manière que dans nos attractions, quand il s’agit d’accompagner les visiteurs en douceur d’une pièce à l’autre. La musique permet à la fois de les faire entrer dans cet univers et d’entrer dans leur propre personnage de villageois d’Arendelle.

Puis, une fois que le spectacle commence vraiment, on retrouve des techniques issues du théâtre musical, dans la veine de Mickey et le Magicien, afin d’accompagner au mieux nos chanteurs.

 

Comment êtes-vous parvenus à un rendu musical aussi fidèle à l’original ?

MW : Pour La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale comme pour chacun de nos projets inspirés de films, il est très important de produire une musique qui respecte parfaitement l’originale. Dès le départ, nous avons beaucoup discuté avec l’équipe créative de Paris sur la manière de reprendre cette musique bien connue, de la ré-arranger et de la ré-enregistrer de manière à ce que les visiteurs vivent une expérience comparable à celle du film, tout en essayant d’atteindre un plus haut niveau d’intimité avec cet univers.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13974″ img_size=”large”][vc_column_text]Ensuite, du point de vue musical, soit nous engageons les compositeurs du film, soit nous travaillons à partir des enregistrements et des partitions d’origine. Dans le cas de La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale, nous avons beaucoup étudié les orchestrations du film signées de Christophe Beck et Dave Metzger, dans la mesure où nous savions qu’elles formeraient la base de notre ré-interprétation. Elles sont fantastiques. Jonathan et Andrew sont partis de là, puis les ont adaptées à la spécificité de notre spectacle.

 

Les compositeurs des chansons originales ont-ils impliqués dans ce processus ?

MW : Absolument. Chaque fois que nous utilisons des chansons écrites originellement pour le studio, nous tenons à ce que les compositeurs participent d’une manière ou d’une autre à notre projet, qu’ils partagent notre enthousiasme. Quand j’ai présenté à Bobby Lopez et Kristen Anderson-Lopez l’enregistrement d’Andrew Cottee, et qu’ils ont découvert la manière dont il a peaufiné l’arrangement de « Let It Go » en lui apportant encore plus d’intensité, ils ont été émus aux larmes. Ce fut un moment très touchant. Ce que Yaron, Jonathan et Andrew ont été capables de produire est certes respectueux de l’œuvre originale mais lui apporte en même temps quelque chose d’inédit, un petit supplément d’âme qui ne laisse pas indifférent.

 

Quels souvenirs gardez-vous de l’enregistrement dans les studios d’Abbey Road à Londres ?

MW : Dans la mesure où il s’agissait d’un projet pour la France, Londres s’est imposée comme une évidence du point de vue géographique. Et puis il y a les fantastiques musiciens anglais et les studios légendaires d’Abbey Road. Quand nous avons réservé Studio One, le plus grand espace d’enregistrement au monde, nous savions que ce serait phénoménal. Ce fut très touchant de voir les yeux des metteurs en scène et des producteurs s’illuminer au moment où ils ont entendu cette musique pour la première fois en live.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13975″ img_size=”large”][vc_column_text]YS : Pour que toutes les personnes impliquées dans le projet aient une idée précise de la musique de l’attraction, nous travaillons tout d’abord à partir de maquettes réalisées sur synthétiseur. Tout est généré par ordinateur. Et quand vous entendez une musique sur laquelle vous travaillez depuis si longtemps prendre vie devant vous avec de vrais instruments, c’est vraiment magique ! C’est le moment que je préfère. La musique semble familière, mais en même temps elle est très contemporaine et très animée. Je pense que c’est ce qui nous a le plus touchés.

MW : Andrew Cottee travaille en étroite collaboration avec Tom Croxon, qui est son manager, et qui nous a aidés à constituer cet ensemble magnifique de musiciens d’exception, venus d’horizons différent et jouant tous à un niveau incroyable. Ils étaient près de 70, tous capables de déchiffrer et de donner vie à la partition d’une manière qui nous a subjugués.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13976″ img_size=”large”][vc_column_text]YS : Nous avons pu faire appel à des instruments assez inhabituels comme le luth et le dulcimer, un instrument à cordes de la famille des cithares assez proche du folklore traditionnel norvégien, afin de rester aussi authentique que possible par rapport à la partition originale. C’est aussi un orchestre qui a l’habitude de jouer pour les films Disney. C’est ce qui nous plaît chez eux. Ils connaissent très bien le son de la musique de film, tout en étant capables de jouer tous les styles. C’est un bonheur de travailler avec eux.

 

La musique de La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale a été produite par WDI Music Studio, qui est le tout nouveau département de Walt Disney Imagineering que vous avez dirigez, Matt, après avoir été Senior Vice-Président en charge de la musique pour les Walt Disney Studios. Pouvez-vous nous en parler ?

MW : Les Parcs Disney possèdent une riche tradition musicale et ce depuis le début. Elle fait partie de notre ADN. Quand Bob Weis, le Président de WDI, m’a contacté pour me proposer de créer un département consacré à la musique, j’ai sauté sur l’occasion. Dans la mesure où je viens du monde du cinéma et du théâtre, il était naturel pour moi d’adapter cette culture à nos expériences dans les Parcs Disney. J’ai donc créé ce département en constituant une équipe de producteurs de musique parmi les meilleurs du monde selon moi, afin de créer, produire et intégrer les musiques dans nos attractions, nos expériences et nos spectacles à travers le monde.

 

Grâce à mon expérience dans le milieu du cinéma, j’ai pu nouer des liens uniques avec les artistes et développer un savoir-faire quant à l’utilisation de la musique pour accompagner une scène. C’est exactement ce que nous faisons à Imagineering. La musique est là pour renforcer l’émotion et soutenir l’histoire que nous racontons. Parce que nous sommes avant tout des conteurs d’histoires.

La mission qui m’a été confiée, c’est d’augmenter la qualité de la musique dans nos Parcs à travers le globe. Pour chaque projet dont je m’occupe avec mes producteurs, notre but est de créer quelque chose d’unique. C’est comme cela que nous travaillions à l’époque à DisneyToon Studios. Quel que soit le film, nous essayions d’amener les meilleurs talents, de mettre tout notre amour, notre temps et notre énergie dans la production de la meilleure musique possible. Et c’est comme cela que nous travaillons aujourd’hui pour les Parcs Disney. C’est une opportunité unique de divertir nos visiteurs et de créer des moments inoubliables pour eux à travers la musique.

 

Ce nouveau département est aussi l’occasion de faire venir aussi bien des artistes confirmés que de nouveaux talents, comme Pinar Toprak, la compositrice de Captain Marvel. C’est ainsi que John Williams a composé de nouveaux thèmes pour Star Wars: Galaxy’s Edge. Ce fut une expérience incroyable ! Comme pour La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale, nous avons enregistré cette suite symphonique à Abbey Road, mais cette fois avec le London Symphony Orchestra.

YS : Et elle vient d’être récompensée d’un Grammy Award!

MW : Absolument ! Compositeurs, musiciens, ou encore orchestrateurs, c’est un bonheur de pouvoir travailler avec des artistes aussi talentueux !

 

Comment s’annonce l’avenir musical de Disneyland Paris ?

MW : La créativité des équipes de Disneyland Paris est vraiment impressionnante. C’est un parc qui n’a de cesse de repousser les limites de l’imagination. En ce qui concerne la musique, je ne peux divulguer trop de détails. Mais ce que je peux vous dire, c’est que je suis vraiment très enthousiaste par rapport à tout ce que nous préparons pour Disneyland Paris, pour créer encore plus d’expériences incroyables ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Partager cet article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
La Rédaction

La Rédaction

Shopping Basket

Nous avons recours aux cookies pour analyser votre navigation en ligne et améliorer notre site internet.

Pour plus d’informations sur les cookies, veuillez cliquer ici.

Skip to content