Disney Stars On Parade : Entretien avec la Productrice Déléguée Astrid Gomez

Voilà près de deux ans qu’on l’attendait avec impatience. La Disney Stars onParade est enfin de retour à Disneyland Paris ! Productrice Déléguée de ce spectacle emblématique du Parc Disneyland, Astrid Gomez nous en dit plus sur cet événement de taille !

Avant d’évoquer son grand retour, peux-tu nous rappeler l’histoire de la Disney Stars on Parade ?

Elle fut créée en 2017, pour notre 25e anniversaire, dont le thème était « des étoiles plein les yeux ». Ces étoiles, ce sont celles qu’on peut voir briller dans les yeux de quelqu’un qu’on aime quand il ou elle est heureux ou émerveillé. Ce sont des moments vraiment magiques. C’est la raison pour laquelle nous avons eu envie de célébrer à notre façon les moments les plus précieux et les plus étoilés de la vie à travers cette parade qui associe les grands Classiques de Walt Disney comme Peter Pan, Le Roi Lion ou encore Toy Story [AL1] à des chefs-d’œuvre plus récents comme La Reine des Neiges. Sans compter Mickey et ses amis, que l’on retrouve à bord de ce char incroyable, tout droit sorti de l’univers Steampunk, avec sa longue vue visant les étoiles, dans l’esprit de notre fil rouge.

À l’époque, tu travaillais déjà sur cette parade, en tant que Chargée de Production. Qu’est-ce qui t’as plu dans ce projet ?

Ce qui m’a plu, c’est l’idée de voyage à travers toutes ces histoires revisitées dans le style Steampunk, qui rappelle l’esprit de découverte et l’élégance de Discoveryland. On n’avait jamais vu cela auparavant. Tout cela donne une énergie vraiment inédite à ce voyage. Prenez l’unité de Peter Pan, « Découvrez l’imagination ». C’est une véritable invitation à nous amuser. Et quelques unités plus tard, on bascule d’un coup dans une ambiance plus sombre avec ce dragon absolument saisissant et le combat héroïque qui l’oppose au Prince Philippe. On en prend vraiment plein les yeux, d’autant que la quasi-totalité de nos chars sont articulés et comportent énormément de détails embarqués.

Et puis il y a la bande-son, avec ces arrangements très originaux signés Mark Hammond, qui combine musique et effets sonores propres à chaque char sur un fond commun à tous. Un vrai travail d’orfèvre.

Quel a été ton rôle dans le retour de cette parade ?

En tant que Productrice Déléguée, j’ai un petit peu le rôle d’une cheffe d’orchestre, pour mettre en œuvre tous les aspects différents de ce projet en collaboration avec l’ensemble des départements impliqués, tant opérationnels qu’artistiques. J’ai eu la chance d’intégrer en 2016 l’équipe de production en charge de la création de cette parade (qui avait commencé à y travailler dès 2015). On partait de zéro. Il y avait tout à créer. Ce fut une aventure formidable partagée avec une équipe de plus d’une centaine de personnes, et une belle collaboration avec nos partenaires américains.

Pour la reprise de cette production, ce fut un honneur et un vrai plaisir de revenir cette fois en tant que Productrice Déléguée. Pouvoir la relancer, près de deux ans après son arrêt, c’est comme revivre ce qu’on avait vécu au moment de son lancement. C’est aussi transmettre à la nouvelle équipe qui m’a aidée à monter ce projet l’expérience héritée de son premier lancement, et pouvoir apporter quelques améliorations.

Justement, quels sont les changements qui ont été effectués ?

Certains sont nés d’un désir artistique, d’autres sont liés aux contraintes du moment. Quand on reprend un projet, on se replonge dedans pour voir ce qui a bien fonctionné et ce qui pourrait être amélioré. En l’occurrence, en raison de la situation sanitaire, nous devions prendre certains aspects pratiques en compte, notamment la distanciation entre les artistes tout au long du parcours. De ce fait, nous avons dû revoir certaines chorégraphies tout en maintenant une cohérence de l’histoire sur chaque unité. En ce qui concerne les Personnages, il nous a semblé logique que Gepetto rejoigne Pinocchio sur l’unité d’ouverture. Cela a davantage de sens. Nous nous sommes aussi penchés sur la problématique des trois calèches de Princesses et nous avons eu l’idée d’intégrer à la place le char des Rêves d’Amour, que l’on connaît bien. Cela permet de les rehausser, de sorte qu’elles soient mieux vues par petits et grands. Cela nous a également permis d’inviter d’autres Princesses à nous rejoindre, comme Tiana et Mérida, qui n’étaient pas présentes sur la parade auparavant.

Certaines modifications sont encore en cours. Pour l’unité« Découvrez un Nouveau Monde » avec Crush, nous avons ajouté des artistes au sol, ce qui donne un effet encore plus riche, et nous sommes en train de travailler à l’amélioration de ce char avec une petite surprise qui arrivera début mars. Je ne vous en dis pas plus…

Le retour de la parade a été rendu possible notamment grâce au travail et à l’innovation de Disneyland Paris qui a su s’adapter durant ces deux dernières années aux conditions sanitaires que l’on sait.

Absolument. Notre priorité, c’est le bien-être de nos Cast Members et de nos visiteurs. Pour cela, nous avons à cœur de mettre en application tout ce que notre département Prévention nous donne comme clefs pour pouvoir opérer dans les meilleures conditions, que ce soit dans les lieux de repos, de préparation ou sur le Parc. De plus, nous avons expérimenté beaucoup de choses nouvelles. Nos visiteurs ont par exemple beaucoup apprécié nos « selfie spots » avec les Personnages Disney.

En ce qui concerne la parade, on sait par expérience que c’est un moment clef d’une journée à Disneyland Paris. La faire revenir était donc à la fois un enjeu et un défi. Cela a demandé un énorme travail de préparation afin que tout le monde en profite dans les meilleures conditions. Le succès de Mickey et sa Parade Étincelante de Noël a démontré que cela était possible et que la magie pouvait parfaitement opérer en respectant les gestes barrières. Nous avons donc appliqué les mêmes principes à la Disney Stars on Parade.

Comment s’est préparé son grand retour ?

Nous avons commencé à travailler sur la question avant l’été. Les répétitions, quant à elles, ont débuté en décembre. Nous avions une base très solide d’artistes en interne qui avaient déjà participé à la première sortie de notre parade, qui lui étaient très attachés et qui, de fait, étaient très impatients de pouvoir reprendre leur rôle. D’autres artistes avaient été recrutés juste après l’été pour Mickey et sa Parade Étincelante de Noël et ont pu dans le même temps rejoindre les répétitions de la Disney Stars on Parade pour y interpréter d’autres rôles. Tout le challenge a été de pouvoir faire cohabiter ces deux projets, notamment en termes d’emploi du temps. Mais au final, tout s’est bien déroulé. Artistes et créateurs étaient ravis de reprendre du service pour cette occasion unique.

À tes débuts à Disneyland Paris, tu as participé à la parade en tant qu’artiste. En quoi cette expérience t’aide-t-elle aujourd’hui dans tes nouvelles fonctions ?

Assister aux répétitions me rappelle énormément de bons souvenirs. J’admire énormément les artistes interprètes parade.[AL2]  C’est un métier exigeant mais passionnant et j’ai beaucoup de respect pour ce qu’ils font. Le fait d’avoir été un jour à leur place me permet de mieux comprendre leurs contraintes au quotidien : l’importance d’avoir un costume qui tienne bien chaud en hiver et permette de respirer en été, de bonnes chaussures qui maintiennent bien la cheville pour danser, ou encore des accessoires qui aient un poids adéquat. En tant que productrice, ce sont des points qui m’intéressent tout particulièrement. Par exemple, nous avons mis en place des tests pour les chaussures. On demande en amont aux capitaines danseurs de les utiliser et de les user pour s’assurer de leur confort sur le long terme. Et il en est de même pour les costumes. Nous avons sans cesse de nouveaux détails à améliorer. Et du côté logistique et organisationnel, grâce au fait d’avoir été Team Leader et Parade 1, j’ai la chance de très bien connaître les défis que représente la préparation d’une troupe de plus de cent artistes. Cela me permet de mieux comprendre leurs besoins, notamment en ce moment où les mesures de distanciation sont essentielles, tant sur le Parc que dans les coulisses. On trouve ainsi des solutions avec eux pour que les préparations se passent au mieux, que ce soit en termes d’aération des locaux ou d’emploi du temps.

Une production comme la Disney Stars on Parade, cela représente combien d’artistes en tout ?

Pour chaque sortie, nous avons quelque 102 artistes, ce qui représente une troupe de plus de 300 artistes, avec pour certains un rôle unique, et pour d’autres des rôles doubles. C’est une grande organisation qui demande beaucoup de logistique. Et en parallèle, nous avons plus de 150 personnes qui travaillent quotidiennement dans l’ombre pour permettre à ce spectacle d’exister – habilleurs, maquilleurs, techniciens, opérateurs du son, guides, entre autres.

Vous retrouvez également Emanuel Lenormand, qui reprend ses fonctions de Metteur en Scène de la parade.

En effet, aux côtés de Françoise Baffioni. Emanuel était le Metteur en Scène de la parade à son origine. Nous avons déjà eu le plaisir de travailler ensemble à plusieurs reprises, que ce soit sur Mickey et le Big Band de Noël ou Un Noël FantaStitch, et au moment où nous avons commencé à lancer des idées créatives pour la parade de Noël, j’ai fait la demande de retravailler avec lui parce que nous sommes très complémentaires. Parfois il nous suffit d’un simple regard pour nous comprendre et nous assurer qu’on avance bien dans la même direction. On partage souvent la même vision des choses sur le plan artistique. Pour chaque élément qui constitue la parade, que ce soit la musique, les costumes, la disposition des chars ou le choix des personnages, on s’imagine toujours à la place d’un enfant pour être certains que la magie opère. J’aime beaucoup ce côté chez Emanuel parce que je m’y retrouve. Nous sommes tous les deux de grands enfants. C’est toujours un plaisir de travailler avec lui et j’espère avoir l’occasion de le refaire dans le futur.

Quelle était l’ambiance durant les répétitions ?

Nous étions tous très excités et le fait de lire sur les réseaux sociaux les commentaires de personnes qui avaient hâte que cette parade revienne nous réchauffait encore plus le cœur.

Quand on commence à travailler en studio avec les artistes et qu’on lance la musique, on sait qu’on est sur la dernière ligne droite et que le jour J approche à grands pas. Ce moment a été émouvant pour tout le monde, d’autant qu’on n’avait pas entendu cette musique ni repris cette chorégraphie depuis près de deux ans, et tout cela nous a terriblement manqué.

Quels souvenirs gardez-vous de la première sortie de la parade, le 10 janvier dernier ?

Nous avons un petit rituel entre nous. Le jour de la Première, on se retrouve tous, créatifs et production. On passe dans les studios pour souhaiter une bonne parade à tous les artistes et donner les derniers conseils. Ensuite, on rejoint Fantasyland, au niveau des portes de la parade, et on regarde le lancement de cette Première ensemble. Le 10 janvier, quand les portes se sont ouvertes, que le premier char s’est avancé et que les premières notes de la musique ont retenti, nous nous sommes tous mis à pleurer. L’émotion nous a submergés. C’était un mélange de fierté et de satisfaction de voir l’accueil incroyable des visiteurs et de se dire « on l’a fait, et maintenant c’est parti ! », en espérant que cela ne s’arrêtera plus. Puis nous avons accompagné la parade tout au long de son parcours, et nous avons pu admirer l’enthousiasme des artistes, intact comme au premier jour, et les réactions que cela engendrait chez les visiteurs. On sentait que ce retour était important, comme un signe de renouveau et d’espoir, et quand on vit cela, on se dit qu’on a de la chance de faire ce métier qui est juste formidable !

Partager cet article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
La Rédaction

La Rédaction

Skip to content