EARTH MONTH_VISUEL COM_2019

Disneyland Paris célèbre le Mois de la Terre

Parmi les initiatives déployées, une projection exceptionnelle sur le château en première partie du spectacle nocturne et un engagement qui s’articule autour de six domaines prioritaires sur le long terme.

Disneyland Paris, la première destination touristique européenne, célèbre le Mois de la Terre en avril, illustrant ainsi son engagement de longue date en matière de gestion environnementale. Par le biais d’une projection exclusive, inspirée par l’élégance et la splendeur des films Disneynature, et de six engagements majeurs, l’objectif est d’œuvrer pour l’avenir.

Tout au long de l’année, l’entreprise applique un plan d’action qui s’articule autour de six domaines prioritaires incluant : la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), la gestion durable des déchets, la préservation des ressources en eau, la protection et l’enrichissement de la biodiversité, le développement d’une chaîne d’approvisionnement responsable et enfin, le soutien aux actions en faveur de l’environnement. L’été dernier, Disneyland Paris a annoncé sa volonté de réduction des déchets plastiques à usage unique – un engagement qui prend effet ce mois-ci.

« Alors que nous célébrons la Journée de la Terre, la protection de l’environnement représente non seulement une des valeurs fondamentales de notre entreprise mais également un engagement durable visant à limiter notre impact sur l’environnement – une priorité inscrite dans notre vision stratégique pour l’avenir » déclare Natacha Rafalski, Présidente de Disneyland Paris. « Afin d’insuffler un état d’esprit écoresponsable, nous nous sommes associés à Disneynature pour proposer une projection exceptionnelle sur le Château de la Belle au Bois Dormant, chaque soir, en première partie du spectacle nocturne Disney Illuminations. »

Une célébration exceptionnelle de la nature à Disneyland Paris
Pour la quatrième année consécutive, Disneyland Paris s’associe à Disneynature pour offrir aux visiteurs une célébration unique de la nature avec une première partie du spectacle nocturne Disney Illuminations. Jusqu’au 30 avril 2019, les plus belles images des films Disneynature seront projetées sur le Château de la Belle au Bois Dormant, faisant de Disneyland Paris un lieu où les merveilles de la nature se révèlent. Différentes scènes des films Disneynature tels que Grizzly, Nés en Chine, Les Ailes Pourpres : le Mystère des Flamants ou encore Blue sont à l’honneur dans ce spectacle présenté uniquement dans le cadre du Mois de la Terre.

Réduire la consommation de plastique à usage unique pour préserver l’environnement
En juillet 2018, The Walt Disney Company a annoncé son engagement de réduction des déchets plastiques à usage unique. Ainsi, à partir du 18 avril, Disneyland Paris va remplacer les pailles et touillettes en plastique par des pailles papier 100% biodégradables, qui seront distribuées sur demande des visiteurs.
La semaine suivante, des sacs réutilisables seront à disposition dans toutes les boutiques de la destination française. Ces sacs, à bas prix et composés à 80% de plastique recyclé, seront disponibles en boutique à partir du 23 avril.

Depuis janvier 2018, cinq des hôtels de Disneyland Paris participent à un programme volontaire national de l’affichage environnemental des établissements hôteliers. Dans le cadre de ce programme et en adéquation avec les autres destinations Disney à travers le monde, des produits d’accueil rechargeables seront mis en place dans certains des établissements hôteliers de Disneyland Paris dès le mois de juin, réduisant ainsi de 80% les flacons en plastique dans les chambres.

La gestion environnementale, un engagement fort de Disneyland Paris.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES)
L’engagement de Disneyland Paris à promouvoir le développement durable dans le secteur se traduit par l’utilisation d’une centrale géothermique innovante située à Villages Nature Paris, l’un des deux Disney Nature Resorts, pour alimenter les Parcs Disney. Elle transforme la chaleur et la vapeur naturellement présentes dans le sol pour alimenter les deux parcs à thèmes et certaines zones de la destination. Depuis février 2018, la géothermie a été mise en route pour couvrir les besoins en chaleur (chauffage et eaux chaudes sanitaires) pour les Parcs Disney et le Disneyland Hotel.

A noter: L’énergie géothermique représente l’équivalent de 20 GWh de consommation en gaz naturel par an.

Actuellement, la société travaille sur un projet d’implantation de panneaux solaires au niveau du parking visiteurs. Ce nouveau projet, actuellement à l’étude, vise à augmenter le pourcentage d’utilisation d’énergies renouvelables pour notre destination.

En outre, Disneyland Paris veille à l’amélioration de sa performance énergétique. L’éclairage existant se voit donc remplacer par des équipements plus performants et mieux adaptés, avec notamment des projecteurs LED pour les spectacles et parades. Des énergies alternatives propres sont utilisées pour les chars de nos parades et les véhicules de certaines attractions. Les voitures de l’attraction Autopia sont notamment remplacés par des versions hybrides, reflétant ainsi notre volonté de démarche écologique.
Dans les coulisses, la vaste majorité de nos bus internes répond à la norme Euro 6, la plus exigeante à l’heure actuelle en termes d’émission de gaz à effet de serre et de polluants dans l’air.

A noter: Les émissions de gaz à effet de serre de l’année 2018 sont en baisse de 13,5% par rapport à l’année 2012 (année de référence).

Une gestion durable des déchets
Disneyland Paris s’attache à limiter son impact sur l’environnement. Ainsi, deux équipes sont dédiées à la gestion des déchets. Chaque jour, les équipes s’appliquent à mener à bien les objectifs de la société en matière de prévention et de transformation des déchets. Elles ont notamment recours au recyclage, au compostage et à l’utilisation de la biométhanisation. Par exemple, 20 catégories de déchets sont collectées et triées à l’aide de bacs, bennes et compacteurs spécifiques installés dans les coulisses.

A noter : D’ici à 2020, Disneyland Paris prévoit d’atteindre un taux de valorisation matière de 60% pour les déchets opérationnels.

Optimiser la consommation d’eau
Disneyland Paris est le seul parc à thèmes européen à être doté de sa propre station de traitement des eaux usées et de recyclage, mise en service en 2013. La station produit 2100 m3 d’eau par jour qui sont notamment utilisées pour l’appoint en eau des bassins d’agrément des Parcs Disney et du Disney Village, l’irrigation des espaces verts du site (ainsi que le Golf Disneyland) et pour alimenter le système de refroidissement de la centrale énergétique.

A noter: L’implantation de cette station a permis à Disneyland Paris d’effectuer de nombreuses économies d’eau : 1.523.058m3 ont été économisés sur cinq ans, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 12 692 ménages français.

La biodiversité
A Disneyland Paris, l’équipe horticulture, composée de 130 jardiniers et arboristes, déploie des initiatives innovantes et durables sur la destination pour encourager la biodiversité. Chaque jour, plus de 250 hectares d’espaces verts font l’objet d’une attention toute particulière afin de préserver le patrimoine local et de préserver un aspect soigné à la destination sans pour autant perturber la biodiversité existante.

« Le potager de Rémy », situé au Disney’s Hotel Cheyenne, permet la culture biologique d’une quinzaine de variétés de légumes, fruits et aromates différents. Certains produits issus de ce potager sont ainsi utilisés dans les restaurants de la destination.

Disneyland Paris accueille également 3 ruchers d’abeilles domestiques qui permettent de renforcer la pollinisation naturelle et de réduire l’usage de produits phytosanitaires. Chaque année, ces ruchers assurent la production de 3000 pots de miel vendus dans les boutiques de Disneyland Paris.

A noter: Au Disney’s Davy Crockett Ranch, l’éco-pâturage est pratiqué sur 7 hectares de prairies, friches et sous-bois à l’aide de « moutons d’Ouessant », une race rustique et protégée. Des poules de la race française Noire du Berry ont été implantées pour protéger nos ruchers.

Actions de sensibilisation auprès des nouvelles générations
En outre, Disneyland Paris s’engage auprès de la communauté en apportant son soutien à diverses initiatives environnementales ayant pour objectif de sensibiliser et encourager les enfants à la protection de la nature. Grâce au programme Disney VoluntEARS, des enfants participeront à des ateliers pratiques le 17 avril prochain, sous la supervision de l’équipe horticulture.

En outre, Disneyland Paris mène des actions en coulisses afin d’inspirer ses Cast Members à s’engager pleinement dans les six domaines prioritaires définis par l’entreprise.

Célébrez le Mois de la Terre à Disneyland Paris jusqu’au 30 avril 2019.

Triman

Avec Triman, aidez-nous à mieux trier et recycler !

La France s’est fixée pour objectif d’atteindre 60 % de recyclage en 2025.
Aussi, pour aider les consommateurs français à trier davantage, le logo Triman a fait son apparition sur les produits et emballages qui font l’objet d’une consigne de tri.
A Disneyland Paris, celui-ci figure sur nos brochures, plans et autres supports papiers.
Pour les produits achetés dans nos boutiques et restaurants,
renseignez-vous sur http://www.quefairedemesdechets.fr  et http://www.consignesdetri.fr/
pour leur donner une seconde vie.

Orchestre

La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale – Entretien avec Matt Walker (Executive WDI Music Studio) et Yaron Spiwak (Producteur)

[vc_row][vc_column][vc_column_text]La musique est une part essentielle de la magie de l’attraction La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale. Deux de ses créateurs, Matt Walker, qui est en charge de la musique pour l’ensemble des Parcs Disney et le producteur musical Yaron Spiwak, nous en disent plus :

Vous avez travaillé tous les deux sur de nombreux projets liés à La Reine des Neiges pour les Parcs Disney et la Disney Cruise Line. Selon vous, qu’est-ce qui rend La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale unique ?

Matt Walker : La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale est une attraction qui offre non seulement la possibilité de revivre des moments emblématiques du film, mais plus encore d’y participer. C’est une expérience particulièrement immersive pour le public. Ce fut un plaisir pour nous de partir de la musique du film et de faire en sorte qu’elle participe pleinement de cette expérience.

Yaron Spiwak : Que ce soit la parade La Reine des Neiges 2 : Un Voyage Enchanteur, le segment dédié à La Reine des Neiges dans Mickey et le MagicienFrozen – Live at the Hyperion au parc Disney California Adventure ou les spectacles de la Disney Cruise Line, il n’existe pas deux versions qui se ressemblent. Chaque spectacle a sa propre identité et propose une vision différente du film. Ce qui rend La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale unique, c’est qu’elle associe comme jamais notre savoir-faire en matière de cinéma, d’expériences immersives et de spectacle.

Quel fut exactement votre rôle sur ce projet ?

MW : Ce fut un rôle de guide et de soutien sur le plan musical. Nous avons participé à son développement dès le départ, puis nous l’avons accompagné tout au long du processus, notamment lors de l’enregistrement et de l’intégration finale dans le spectacle.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13971″ img_size=”large”][vc_column_text]Comment a débuté la création de cette musique ?

MW : Nous avons commencé à travailler sur cette attraction à peu près un an avant son ouverture. Yaron ayant déjà participé à différent projets liés à La Reine des Neiges depuis la sortie du film, il était la personne idéale pour accompagner celui-ci en tant que créatif et producteur. A partir de là, nous avons fait appel à Jonathan Barr pour assurer le suivi sur place en tant que producteur musical. Dans la mesure où il s’agit essentiellement d’une production théâtrale, il nous fallait un expert en musique qui puisse être présent pour aider les metteurs en scène en la matière.

YS : Jonathan a travaillé au quotidien avec les metteurs en scène Françoise Baffioni et Matteo Borghi, ainsi que toute l’équipe. Il collabore avec Disney depuis de nombreuses années, que ce soit en tant que producteur ou compositeur. Pour ce projet spécifique Matt et moi avons aussi suggéré Andrew Cottee, qui travaille actuellement avec des grands noms de la musique de film comme John Debney et Joel McNeely sur la série The Orville. Nous avions entendu parler de la qualité de son travail et nous nous sommes dits qu’il serait parfait pour notre projet. Son style repose sur une solide base classique à laquelle il apporte une touche très actuelle. Nous l’avons associé à un autre musicien, Marco Paguia, qui est directeur musical à Broadway et a travaillé sur le spectacle La Reine des Neiges de Disney Cruise Line. Ensemble, ils ont imaginé la musique idéale pour chaque scène de notre spectacle.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13972″ img_size=”large”][vc_column_text]Comment s’est passée cette collaboration ?

YS : Ce fut une collaboration très étroite. Un vrai travail d’équipe. Nous avons d’abord répertorié les moments les plus emblématiques du film. Ensuite, nous les avons retravaillés, édités de manière à ce qu’ils s’intègrent au mieux dans notre spectacle, puis enregistrés. Enfin, pour l’intégration finale, Jonathan a travaillé en partenariat avec l’ingénieur du son Steven Morrow, qui a une grande expérience en matière de musique de film, afin que notre musique rende parfaitement dans l’attraction.

C’est ce que j’adore à Imagineering : chaque projet repose sur une vraie collaboration. On ne travaille pas tout seul dans son studio ; on sait que l’on peut compter les uns sur les autres. C’est une création collective.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13973″ img_size=”large”][vc_column_text]Comment avez-vous adapté la partition originale aux besoins de l’attraction ?

MW : La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale est une expérience théâtrale immersive et multimédia. A ce titre, l’adaptation de la musique a mobilisé toutes nos compétences, que ce soit en termes de spectacle vivant, d’expériences immersives ou de cinéma. Notre métier est au carrefour de toutes ces disciplines, ce qui le rend vraiment passionnant.

YS :  Notre premier défi a été, pour le moment où vous entrez dans la pièce, de remettre le public dans l’ambiance de La Reine des Neiges, et ce sans recourir aux dialogues. Nous avons donc imaginé ce medley qui concentre un grand nombre des chansons du film d’une manière à la fois poignante et héroïque, afin de donner envie aux visiteurs d’aller plus avant pour découvrir notre spectacle. Jonathan, Andrew et Marco ont fait un travail formidable, et la première fois que les metteurs en scène l’ont découvert, ils ont été profondément émus. Et moi aussi ! On se retrouve plongé dans l’histoire un peu à la manière de la séquence d’ouverture de Là-Haut. Pour ce moment, nous avons fait appel à des techniques d’écritures typiques de la musique de film et le résultat est tout simplement magique.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13977″ img_size=”large”][vc_column_text]Après cela, pour le passage vers Arendelle, nous utilisons la bande-son exactement de la même manière que dans nos attractions, quand il s’agit d’accompagner les visiteurs en douceur d’une pièce à l’autre. La musique permet à la fois de les faire entrer dans cet univers et d’entrer dans leur propre personnage de villageois d’Arendelle.

Puis, une fois que le spectacle commence vraiment, on retrouve des techniques issues du théâtre musical, dans la veine de Mickey et le Magicien, afin d’accompagner au mieux nos chanteurs.

 

Comment êtes-vous parvenus à un rendu musical aussi fidèle à l’original ?

MW : Pour La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale comme pour chacun de nos projets inspirés de films, il est très important de produire une musique qui respecte parfaitement l’originale. Dès le départ, nous avons beaucoup discuté avec l’équipe créative de Paris sur la manière de reprendre cette musique bien connue, de la ré-arranger et de la ré-enregistrer de manière à ce que les visiteurs vivent une expérience comparable à celle du film, tout en essayant d’atteindre un plus haut niveau d’intimité avec cet univers.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13974″ img_size=”large”][vc_column_text]Ensuite, du point de vue musical, soit nous engageons les compositeurs du film, soit nous travaillons à partir des enregistrements et des partitions d’origine. Dans le cas de La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale, nous avons beaucoup étudié les orchestrations du film signées de Christophe Beck et Dave Metzger, dans la mesure où nous savions qu’elles formeraient la base de notre ré-interprétation. Elles sont fantastiques. Jonathan et Andrew sont partis de là, puis les ont adaptées à la spécificité de notre spectacle.

 

Les compositeurs des chansons originales ont-ils impliqués dans ce processus ?

MW : Absolument. Chaque fois que nous utilisons des chansons écrites originellement pour le studio, nous tenons à ce que les compositeurs participent d’une manière ou d’une autre à notre projet, qu’ils partagent notre enthousiasme. Quand j’ai présenté à Bobby Lopez et Kristen Anderson-Lopez l’enregistrement d’Andrew Cottee, et qu’ils ont découvert la manière dont il a peaufiné l’arrangement de « Let It Go » en lui apportant encore plus d’intensité, ils ont été émus aux larmes. Ce fut un moment très touchant. Ce que Yaron, Jonathan et Andrew ont été capables de produire est certes respectueux de l’œuvre originale mais lui apporte en même temps quelque chose d’inédit, un petit supplément d’âme qui ne laisse pas indifférent.

 

Quels souvenirs gardez-vous de l’enregistrement dans les studios d’Abbey Road à Londres ?

MW : Dans la mesure où il s’agissait d’un projet pour la France, Londres s’est imposée comme une évidence du point de vue géographique. Et puis il y a les fantastiques musiciens anglais et les studios légendaires d’Abbey Road. Quand nous avons réservé Studio One, le plus grand espace d’enregistrement au monde, nous savions que ce serait phénoménal. Ce fut très touchant de voir les yeux des metteurs en scène et des producteurs s’illuminer au moment où ils ont entendu cette musique pour la première fois en live.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13975″ img_size=”large”][vc_column_text]YS : Pour que toutes les personnes impliquées dans le projet aient une idée précise de la musique de l’attraction, nous travaillons tout d’abord à partir de maquettes réalisées sur synthétiseur. Tout est généré par ordinateur. Et quand vous entendez une musique sur laquelle vous travaillez depuis si longtemps prendre vie devant vous avec de vrais instruments, c’est vraiment magique ! C’est le moment que je préfère. La musique semble familière, mais en même temps elle est très contemporaine et très animée. Je pense que c’est ce qui nous a le plus touchés.

MW : Andrew Cottee travaille en étroite collaboration avec Tom Croxon, qui est son manager, et qui nous a aidés à constituer cet ensemble magnifique de musiciens d’exception, venus d’horizons différent et jouant tous à un niveau incroyable. Ils étaient près de 70, tous capables de déchiffrer et de donner vie à la partition d’une manière qui nous a subjugués.[/vc_column_text][vc_single_image image=”13976″ img_size=”large”][vc_column_text]YS : Nous avons pu faire appel à des instruments assez inhabituels comme le luth et le dulcimer, un instrument à cordes de la famille des cithares assez proche du folklore traditionnel norvégien, afin de rester aussi authentique que possible par rapport à la partition originale. C’est aussi un orchestre qui a l’habitude de jouer pour les films Disney. C’est ce qui nous plaît chez eux. Ils connaissent très bien le son de la musique de film, tout en étant capables de jouer tous les styles. C’est un bonheur de travailler avec eux.

 

La musique de La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale a été produite par WDI Music Studio, qui est le tout nouveau département de Walt Disney Imagineering que vous avez dirigez, Matt, après avoir été Senior Vice-Président en charge de la musique pour les Walt Disney Studios. Pouvez-vous nous en parler ?

MW : Les Parcs Disney possèdent une riche tradition musicale et ce depuis le début. Elle fait partie de notre ADN. Quand Bob Weis, le Président de WDI, m’a contacté pour me proposer de créer un département consacré à la musique, j’ai sauté sur l’occasion. Dans la mesure où je viens du monde du cinéma et du théâtre, il était naturel pour moi d’adapter cette culture à nos expériences dans les Parcs Disney. J’ai donc créé ce département en constituant une équipe de producteurs de musique parmi les meilleurs du monde selon moi, afin de créer, produire et intégrer les musiques dans nos attractions, nos expériences et nos spectacles à travers le monde.

 

Grâce à mon expérience dans le milieu du cinéma, j’ai pu nouer des liens uniques avec les artistes et développer un savoir-faire quant à l’utilisation de la musique pour accompagner une scène. C’est exactement ce que nous faisons à Imagineering. La musique est là pour renforcer l’émotion et soutenir l’histoire que nous racontons. Parce que nous sommes avant tout des conteurs d’histoires.

La mission qui m’a été confiée, c’est d’augmenter la qualité de la musique dans nos Parcs à travers le globe. Pour chaque projet dont je m’occupe avec mes producteurs, notre but est de créer quelque chose d’unique. C’est comme cela que nous travaillions à l’époque à DisneyToon Studios. Quel que soit le film, nous essayions d’amener les meilleurs talents, de mettre tout notre amour, notre temps et notre énergie dans la production de la meilleure musique possible. Et c’est comme cela que nous travaillons aujourd’hui pour les Parcs Disney. C’est une opportunité unique de divertir nos visiteurs et de créer des moments inoubliables pour eux à travers la musique.

 

Ce nouveau département est aussi l’occasion de faire venir aussi bien des artistes confirmés que de nouveaux talents, comme Pinar Toprak, la compositrice de Captain Marvel. C’est ainsi que John Williams a composé de nouveaux thèmes pour Star Wars: Galaxy’s Edge. Ce fut une expérience incroyable ! Comme pour La Reine des Neiges : Une Invitation Musicale, nous avons enregistré cette suite symphonique à Abbey Road, mais cette fois avec le London Symphony Orchestra.

YS : Et elle vient d’être récompensée d’un Grammy Award!

MW : Absolument ! Compositeurs, musiciens, ou encore orchestrateurs, c’est un bonheur de pouvoir travailler avec des artistes aussi talentueux !

 

Comment s’annonce l’avenir musical de Disneyland Paris ?

MW : La créativité des équipes de Disneyland Paris est vraiment impressionnante. C’est un parc qui n’a de cesse de repousser les limites de l’imagination. En ce qui concerne la musique, je ne peux divulguer trop de détails. Mais ce que je peux vous dire, c’est que je suis vraiment très enthousiaste par rapport à tout ce que nous préparons pour Disneyland Paris, pour créer encore plus d’expériences incroyables ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

N026966

Artiste en toute saison : l’équipe Nature & Environnement

On pourrait croire que l’hiver est une période calme pour notre équipe Nature & Environnement mais elle est loin de se reposer sur ses lauriers… elles les plantent ! 

 Saviez-vous que la meilleure période pour planter un arbuste est lors des périodes plus froides ? La plantation au mois de novembre permet une meilleure reprise. C’est l’un des secrets de nos jardiniers qui, dès la fin de l’automne, s’attellent aussi aux dernières tailles d’arbustes. 

 Alors que les températures chutent, nos Cast Members à la main verte renouvellent les massifs floraux de nos espaces verts, remplacent les plantes malades ou vieillissantes et trouvent de nouvelles espèces pour mettre en valeur les décors de notre destination. 

Rhododendron, laurier, viola : ces noms ne vous parlent peut-être pas mais il s’agit d’espèces florales choisies soigneusement, pour leur beauté, leur floraison, leurs couleurs, leur taille. Tels des artistes avec leurs pinceaux, les jardiniers installent les massifs floraux et les arbustes en fonction du projet, du lieu et de la saison, pour un changement de décor complet. 

 Pour la Célébration de la Reine des Neiges, ils se sont mobilisés la nuit pour transformer nos Parcs Disney : le bleu et l’orange sont les couleurs du moment ! 

 « Même les décorations florales aux fenêtres demandent réflexion. Les arbustes ont une taille précise. A l’échelle du lieu où elles se trouvent, les décorations permettent d’entrevoir les parcs et leurs spectacles depuis l’intérieur. » Johann Pois, Manager Nature & Environnement. 

disneyland paris warehouse

Disneyland Paris redistribue 15 tonnes de denrées alimentaires à des associations solidaires

Dans son élan perpétuel de solidarité, et durant la fermeture temporaire du Resort, Disneyland Paris s’est rapproché de différentes associations nationales et locales telles que le Secours populaire français et les Restaurants du Cœur – afin de leur redistribuer plus de 15 tonnes de denrées alimentaires.

Cette opération de donation de grande ampleur a été rendue possible grâce à la mobilisation des Cast Members, qui ont identifié, collecté et redistribué au plus vite ces produits frais : salades, fruits, produits laitiers, etc…

« De tels soutiens de la part de nos partenaires privés comme Disneyland Paris, nous sont précieux afin de maintenir les aides d’urgence et notamment alimentaires auprès des personnes les plus fragiles. » Emilie Lafdal – Directrice des Relations et Partenariat privés, Secours populaire français

Cette action s’inscrit dans la démarche de responsabilité sociétale de Disneyland Paris, qui s’engage depuis de nombreuses années à réduire le gaspillage et également à soutenir la communauté locale.

Tout au long de l’année, de nombreuses autres initiatives sont mises en place par la destination pour sensibiliser et engager ses Visiteurs et ses Cast Members : signalétiques d’information dans les restaurants buffets, mais aussi collecte des déchets organiques issus de la préparation des repas dans l’ensemble de ses restaurants.

magic keeper 6

Gardiens de la Magie : Infirmier(e) à Disneyland Paris

Sophie, Infirmière à Disneyland Paris, se tient toujours prête à intervenir pour porter assistance aux Cast Members qui continuent à travailler sur site, qu’on appelle les Gardiens de la Magie. Avec ses collègues, elle prépare aussi la distribution quotidienne des masques dont s’équipent chaque jour les Cast Members sur la destination. Elle s’assure aussi que les centres First Aid disposent du matériel et des stocks adéquats.

En cette Journée internationale des infirmières, un grand merci à nos infirmier(e)s travaillant à Disneyland Paris, et à tous les professionnels de la santé du monde entier pour leur travail incroyable au quotidien.