PROJET D’EXTENSION DU PARC
WALT DISNEY STUDIOS®

PRÉSENTATION DU PROJET

Le 27 février 2018, The Walt Disney Company annonçait un plan de d’investissement majeur du Parc Walt Disney Studios, avec pour objectif de rénover les installations existantes sur le thème de
« Marvel » et d’agrandir le Parc Walt Disney Studios pour y créer de nouvelles attractions, boutiques et restaurants dédiés aux univers « Frozen » et « Star Wars ».


Le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios a lieu sur un emplacement immédiatement adjacent au Parc actuel. Cette extension est en effet prévue depuis l’origine de l’implantation des Parcs Disney.


Le projet est porté par Euro Disney Associés SAS, en charge de l’exploitation du Parc Disneyland et du Parc Walt Disney Studios ainsi que du développement touristique et immobilier à leurs alentours, et par EPAFrance, aménageur public du secteur IV de Marne-la-Vallée.


Comme tout projet correspondant à un certain seuil d’investissement, l’extension du Parc Walt Disney Studios est soumise à une procédure de concertation préalable. Que vous habitiez Val d’Europe Agglomération ou la commune limitrophe de Montévrain, que vous soyez riverain du projet, ou tout simplement intéressé par le développement de notre destination, la concertation est votre chance de devenir acteurs de ce projet majeur.

AGENDA

Réunions publiques
Mardi 6 novembre 2018

à partir de 18h30
Réunion publique au Siège de Val d’Europe Agglomération – Chessy

Château de Chessy, BP 40 – Chessy, 77701 Marne-la-Vallée Cedex 4

Thème : « Introduction au projet et au processus de concertation préalable », puis : « Ambitions et nouveaux bénéfices attendus pour l’attractivité du territoire ».

 

Lire le compte rendu de la réunion publique
Mercredi 14 novembre 2018

à partir de 18h30
Réunion publique à Chessy

Salle Eléonore, Groupe scolaire Tournesol, 4 rue du Bois de Paris, 77700 Chessy

Thème : « Introduction au projet et au processus de concertation préalable », puis : « Gestion du bon voisinage des nouvelles installations, préservation de l’environnement et gestion des ressources naturelles ».

 

Lire le compte rendu de la réunion publique
Jeudi 22 novembre 2018

à partir de 18h30
Réunion publique à Serris

Médiathèque du Val d’Europe, 2 place d’Ariane, 77700 Serris

Thème : « Introduction au projet et au processus de concertation préalable », puis : « Gestion de la phase chantier et nouvelles installations publiques potentielles ».

Êtes-vous intéressé(e) par cette réunion ?

Inscription sur dlp.concertation.wds@disney.com
Bus Itinérant

Bus itinérant s’arrêtant dans toutes les communes du périmètre de consultation dans les semaines précédant les réunions publiques. Y sera diffusée une information sur le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios et sur la concertation préalable sous format vidéo.

Vendredi 12 octobre

de 10h à 12h30
Bus itinérant
Bailly Romainvilliers

Parking de la CCI77

Vendredi 12 octobre

de 16h à 19h
Bus itinérant
Bailly Romainvilliers

Place de l’Hôtel de Ville

Samedi 13 octobre

de 8h à 15h
Bus itinérant
Magny-le-Hongre

Place du marché

Dimanche 14 octobre

de 10h à 19h
Bus itinérant
Serris

Parking du centre commercial de Val d’Europe

Lundi 15 octobre

de 8h à 20h
Bus itinérant
Serris

Place d’Ariane*

*Sous réserve de confirmation

Mardi 16 octobre

de 11h à 20h
Bus itinérant
Chessy

École Gaïus

Mercredi 17 octobre

de 13h à 19h
Bus itinérant
Coupvray

Parking du Carrefour Market

Vendredi 19 octobre

de 8h à 20h
Bus itinérant
Chessy

Quartier des studios / Place octogonale

Annulé
Samedi 20 octobre

de 10h à 18h
Bus itinérant
Montévrain

Parking du Clos du Chêne*

 

Dimanche 21 octobre

de 10h à 12h30
Bus itinérant
Villeneuve-le-Comte

Place de la salle des fêtes

Dimanche 21 octobre

de 16h à 19h
Bus itinérant
Villeneuve-Saint-Denis

École Les Grands Prés

Nouvelle date
Mardi 23 octobre

de 10h à 18h
Bus itinérant
Montévrain

Parvis du complexe sportif de Montevrain

FAQ

sur la concertation et le projet

Où est localisé le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios et quel est son contenu exact ?

Le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios a lieu sur un emplacement immédiatement adjacent au Parc Walt Disney Studios actuel à acquérir auprès d’EPAFrance. Une partie de cet emplacement sera vouée à la réalisation de deux nouveaux « Lands » dédiés aux univers « Frozen » et « Star Wars » et d’un plan d’eau constitués d’attractions, de restaurants et de boutiques qui sont en cours d’étude et de conception. Une autre partie de cet emplacement sera dédiée aux coulisses du Parc, qui comprennent les bâtiments de service, des attractions, des restaurants d’entreprise, des ateliers de réalisation des décors, costumes et scénographie, des entrepôts destinés à l’approvisionnement des Parcs et des bâtiments de bureaux et de services destinés aux salariés. Enfin, une dernière partie de l’emplacement sera affectée au chantier et à la voirie.

Comment puis-je participer à la concertation préalable ?

La concertation préalable associe les habitants, riverains du projet et plus généralement les populations du territoire de Val d’Europe Agglomération et de la commune limitrophe de Montévrain. Vous faites partie de ces publics prioritaires ? Un bus vient à votre rencontre pour une première opportunité d’information et d’échange sur le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios. Rendez-vous à l’un des arrêts prévus sur le territoire entre le 12 et le 22 octobre 2018. Pour un échange plus détaillé et thématique, trois réunions publiques sont organisées – voir la section « Agenda » pour information et préinscription. Par ailleurs, un atelier thématique avec les étudiants de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée sur l’attractivité touristique du territoire est en cours d’organisation.

Quels seront les bénéfices attendus du projet pour le territoire ?

Euro Disney prend en compte l’intérêt général dans sa stratégie. Le développement économique et social du territoire sur lequel la destination est implantée est au premier plan de cette stratégie.
L’extension du Parc Walt Disney Studios s’inscrit dans cette dynamique enclenchée il y a plus de trente ans. Sur l’emploi, l’effet du projet sera bénéfique en phase travaux comme en phase de fonctionnement. Des études sont en cours pour estimer les effectifs qui pourraient croître d’ici la livraison du projet en 2025. Dans tous les cas, pendant le chantier, de nombreux corps de métiers seront sollicités, avec un effet positif sur les commerces à proximité, du fait de l’apport de clientèle supplémentaire formée par les intervenants du chantier.
En outre, le projet s’inscrit dans une ZAC qui prévoit l’accueil de nouvelles populations, confortant le taux d’emploi des communes visées et le renforcement des services publics sur la zone.

Peut-on avoir plus de détail sur le quoi quand et où cette extension va se faire ?

Le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios est programmé depuis l’origine de l’installation d’Euro Disney à Marne la Vallée. Le projet d’extension relève également de la stratégie de développement de l’activité d’Euro Disney. En effet, cette extension du Parc Walt Disney Studios, créé en 2002, vient compléter le Parc, afin d’améliorer l’offre proposée aux visiteurs.

Nos visiteurs viennent vivre des expériences nouvelles et différentes lors de leurs visites, et ces extensions incluront des univers dédiés à Frozen / La Reine des Neiges et Star Wars, qui complètent l’offre proposée aux visiteurs avec des franchises iconiques.

Il s’agit de l’un des plans de développement les plus ambitieux de Disneyland Paris depuis son ouverture en 1992. Compte tenu de l’ampleur de ce projet, il s’agira d’un projet étalé sur plusieurs années. Les travaux de construction commenceront courant 2019, en vue d’une livraison prévisionnelle des extensions à l’horizon 2025.

Le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios a lieu sur un emplacement adjacent au Parc Walt Disney Studios actuel.
Il couvre 31 hectares, dont 12 hectares seront dédiés à la réalisation des deux nouveaux lands Star Wars et Frozen et à la création du bassin d’agrément. La partie restante concerne les coulisses du parc.

Quelles sont les attractions prévues à l’intérieur des trois nouveaux univers ?

Le cœur de ce développement consiste à ajouter encore plus nos histoires et personnages populaires de Disney au parc. Semblables à ce que nous avons fait avec le succès de Cars Land en Californie, de Pandora en Floride et de ce que nous développons avec Star Wars à Disneyland et Walt Disney World, ces nouveaux espaces seront littéralement des lieux où les invités peuvent faire partie de l’histoire, rencontrer les personnages des films et faire partie de ces mondes comme seul Disney sait le faire. Nous sommes au début du développement, mais nous prévoyons que cette extension inclus de nouvelles attractions, des lieux de divertissement et des restaurants.
Plus de détails seront disponibles dans le cadre de l’enquête publique qui aura lieu en 2019.

Quel est le rôle des garantes du projet ?

Le garant est nommé par la CNDP. Son rôle est de :

  • Veiller à la qualité, la sincérité et l’intelligibilité des informations diffusées au public
  • Veiller au bon déroulement de la concertation préalable
  • S’assurer que le public peut formuler des questions et donner son avis
  • Rendre compte en rédigeant un bilan de la concertation préalable

L’éthique et la déontologie des garants est définit par :

  • Engagement en faveur de la concertation (respect de chacun, impartialité, intégrité, équité)
  • Indépendance
  • Devoir de neutralité, d’impartialité, et de réserve

Plus d’informations

Est-il prévu de changer le nom du parc Walt Disney Studios puisque ce n’est plus un Studio ?

Il s’agit toujours d’un parc dont le thème est relié aux films et franchises Disney, donc le nom Studios est toujours cohérent.
Mais il est vrai qu’avec la transformation du parc Walt Disney Studios, il est possible que nous envisagions un autre nom mais nous n’avons pris aucune décision à ce stade.

Quel est le phasage exact des travaux ?

Il est encore trop tôt pour parler de phasage des travaux, mais les travaux de construction commenceront courant 2019, en vue d’une livraison prévisionnelle des extensions à l’horizon 2025. Le développement se fera sur plusieurs années et par phases à partir de 2021. Une communication est prévue sur ce phasage des travaux notamment .

Est-ce qu’une partie des extensions sera ouverte en 2024 pour les Jeux Olympiques Paris 2024 ?

Il s’agira d’un projet étalé sur plusieurs années. Les travaux de construction commenceront courant 2019, en vue d’une livraison prévisionnelle des extensions à l’horizon 2025.

A quelle hauteur culmineraient les nouvelles attractions ?

Euro Disney est encore en cours d’étude sur les hauteurs des attractions. Les attractions du projet seront inférieures à la Tour de la Terreur en terme de hauteur. Les vues depuis les appartements du quartier des Studios seront identiques à celles d’aujourd’hui.

La commune de Montévrain n’est pas dans le Val d’Europe mais est directement impactée par tous ces projets. Comment sont impliqués les élus de Montévrain dans ce développement ?

Les élus sont d’ores et déjà impliqués et nous ont beaucoup aidé dans le cadre de cette concertation, dans le cadre du bus itinérant notamment. Même si nous ne sommes pas dans le même cadre administratif, la conception urbaine est réfléchie dans la continuité, dont l’EPA est le garant.

Où peut-on retrouver les informations présentées lors des réunions publiques ?

La présentation projetée lors des réunions publiques est accessible sur la page web dédiée : http://disneylandparis-news.com/concertationwds/

Quel est le périmètre des collectivités concernées par la fiscalité Val d’Europe ?

Le périmètre géographique de la concertation concerne la communauté d’agglomération du Val d’Europe élargie à Villeneuve-le-Comte, Villeneuve-Saint Denis et Montévrain.

25% des montants des recettes fiscales générées par le plan d’investissement seront recueillis en termes de recettes supplémentaire pour la commune et pour Val d’Europe Agglomération grâce à cette extension.

Y a-t-il un terrain envisagé pour un futur 3ème parc ?

Un terrain est en effet d’ores et déjà défini dans le plan de développement (Convention), mais c’est un projet à très long terme.

La Reine des Neiges sera-t-elle une franchise rentable sur le long terme ?

Des études faites en interne nous orientent sur la pérennité de cette franchise sur le long terme.

Est-il cohérent de construire des logements si près des parcs, ce qui limiterait un agrandissement futur du 2ème parc ?

Les différents développements sont tous prévus et programmés sur le long terme (Convention). Nous ne sommes pas inquiets sur les développements futurs sur le territoire.

Pourquoi la concertation ne touche que Val d’Europe alors que l’impact est national ?

Dans sa décision du 18 juillet 2018, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP)a décidé que le projet d’extension du Parc Walt Disney Studios n’est pas soumis à un débat public national mais à une concertation préalable, au sens du Code de l’environnement. Le champ géographique de la concertation préalable retenu par la CNDP correspond au périmètre de « l’incidence territoriale » du projet d’extension du Parc Walt Disney Studios.

Pour plus d’informations, voir ci-dessous (Q : « Etait-il pertinent de priver les citoyens du débat publique légal qui aurait du être utilisé afin de garantir un équilibre des intérêts ? »)

La commune de Montévrain peut-elle être incluse de façon plus régulière dans la concertation et peut-elle faire partie de Val Agglomération ?

La commune de Montévrain est d’ores et déjà incluse dans le périmètre de la concertation. S’agissant de son intégration dans Val d’Europe Agglomération c’est une situation héritée de longue date. La commune de Montévrain n’a pas souhaité à l’époque rejoindre l’agglomération de Val d’Europe. C’est une décision institutionnelle qui appartient aux élus.

The Walt Disney Company a-t-elle pour objectif de faire de Disneyland Paris une destination aussi importante que Walt Disney World ?

Les parcs sont corrélés à la taille des territoires et nos territoires sont plus petits. Disneyland Paris est plus petit que Walt Disney World. En revanche, Disneyland Paris est le 2ème site en termes de développement.

Etait-il pertinent de priver les citoyens du débat publique légal qui aurait du être utilisé afin de garantir un équilibre des intérêts ?

Réponse apportée par les garantes de la concertation :

Au titre du code de l’environnement – article L121-8, La Commission nationale du débat public est saisie de tous les projets d’aménagement ou d’équipement « qui, par leur nature, leurs caractéristiques techniques ou leur coût prévisionnel, répondent à des critères ou excèdent des seuils fixés par décret en Conseil d’Etat ». En l’occurrence le projet d’extension du Parc 2 des Walt Disney Studios rentre dans cette catégorie, dépassant les 300 millions d’€  du décret.

Au titre de l’article L121-9, la CNDP « détermine les modalités de participation du public au processus de décision ». En particulier elle « apprécie …si le débat public doit être organisé en fonction de son incidence territoriale, des enjeux socio-économiques qui s’y attachent et de ses impacts sur l’environnement ou l’aménagement du territoire » ;  « si la commission estime qu’un débat public n’est pas nécessaire, elle peut décider de l’organisation d’une concertation préalable ».

S’agissant du projet d’extension du Parc 2 des Walt Disney Studios, le CNDP a considéré dans sa décision 2018/58 de juillet dernier que le débat public ne s’imposait pas sur ce projet, au motif d’une extension limitée au périmètre planifié dans la convention du 24 mars 1987, et d’impacts sur l’environnement jugés modérés par l’étude d’impact de 2014.

Elle a par contre décidé d’une concertation préalable, du fait d’impact socio-économiques importants, qui ont justement fait l’objet de plusieurs questions durant les 3 réunions publiques, et d’interventions d’Euro Disney et d’EPAFRANCE, mais aussi des collectivités (le président de Val d’Europe Agglomération en particulier).

sur l’impact économique

Quel impact sur les emplois dans la région ?

La nature et la localisation des emplois qui découleront de l’extension du Parc Walt Disney Studios reflèteront la réalité des emplois générés par Disneyland Paris ces trente dernières années.

A terme, ce seront plus de 1000 emplois directs qui seront créées, tant au niveau des Attractions, que des Spectacles, de la Restauration, des Boutiques, des fonctions Supports et de l’Administration. Bien évidemment, il s’agit d’une projection susceptible d’évolutions dans le temps.

Il a été observé au cours de l’histoire de l’implantation de la destination touristique que pour un emploi direct créé, 3 emplois indirects sont créés. Nous espérons que cette dynamique se poursuivra avec ce projet.

Est-ce-que l’impact fiscal et les retombées fiscales ont fait l’objet d’une évaluation pour chaque collectivité ?

Il y aura un impact d’environ 5 millions d’euros de recettes fiscales supplémentaires par an pour les collectivités. La ventilation de cet impact est en cours d’étude.

sur le transport

Est-ce que les transports en commun, les trains et les routes vont suivre ?

Dans le cadre de l’ensemble des développements, il est prévu un développement du pôle d’échange multimodal (PEM) Chessy – Marne-la-Vallée. En parallèle le plan du réseau de bus évolue progressivement tous les 2 à 3 ans environ. L’urbanisation nouvelle de Coupvray sera desservie dans ce cadre. Les élus sont au premier plan sur ce sujet, les premières décisions du Syndicat Intercommunal des Transports sont déjà actées.

En ce qui concerne la fréquence des RER, une nouvelle arrière-gare a été réalisée à Chessy, elle complète le fonctionnement de l’arrière-gare de Torcy. Ceci a déjà permis d’augmenter la fréquence des RER et permettra d’autres augmentations à terme.

Il est à noter que les flux touristiques sont en contre sens des trajets domiciles travail et que l’augmentation de la fréquentation touristique est peu dimensionnante.

Deux enjeux majeurs se détachent pour les 10 prochaines années : le pôle d’échange multimodal de Chessy-Marne-la-Vallée et la liaison en site propre Esbly-Val d’Europe.

Le pôle multimodal actuel de Chessy – Marne-la-Vallée est situé au nord du site et se trouve complètement ouvert vers les fonctions touristiques. Il a été configuré en 1990 pour répondre aux besoins de la destination touristique, il comporte une gare TGV, une gare RER, une gare routière et un parc de stationnement tourné vers les besoins de la gare TGV ainsi qu’une dépose minute – taxis. Cette configuration répondait au projet urbain de 30 000 habitants, puis 40 000 en 2000 sans modification des infrastructures.

Les documents programmatiques publics ont prévu de compléter le Pôle d’Echanges Multimodal (PEM) de Chessy-Marne la vallée par un ensemble sud comportant les mêmes services que ceux proposés au nord en s’assurant de l’ouverture de ce deuxième pôle vers le centre urbain du Val d’Europe. L’ensemble du PEM, nord et sud, répond aux besoins d’un territoire large, au-delà des limites du Val d’Europe, qui totalise plus de 100 000 habitants et 100 000 emplois à terme ainsi que 200 000 touristes quotidiens.

Le Volet sud du PEM est en cours de réalisation :

  • Une sortie RER est en cours de réalisation, mise en service prévue en juin 2019.
  • le doublement de certaines voiries pour accéder à la gare routière et pour aménager aux abords de cette gare est en cours, fin des travaux prévue en 2019.
  • Une première tranche de la gare routière sud est déjà en service, ainsi que l’extension aux capacités maximales de la gare routière nord.
  • La deuxième tranche de la gare routière sud est en cours de réalisation.
  • Les études et les échanges en vue du financement de la troisième tranche sont en cours.
  • Une dépose minute sud et une aire Taxis sont prévues pour une réalisation en 2019.

L’investissement total déjà engagé -public et privé confondus- atteint déjà près de 45 Millions d’euros. Un complément de 20 Millions d’euros environ est attendu des financeurs déjà engagés. Les échanges se poursuivent pour acter le principe et la date de réalisation d’un deuxième bâtiment voyageur TGV ce qui complète les fonctions de ce pôle sud.

Quelle est la part de public supplémentaire attendue suite à l’extension et notamment dans les transports ?

Voir réponse ci-dessus (Q : « Est-ce que les transports en commun, les trains et les routes vont suivre ? »)
ou ci-dessous (Q : « Comment ce projet impacte les habitants de manière générale ? Quel nombre d’habitants et de touristes est-il prévu en plus ? »)

Comment gérer l’augmentation de trafic due à la fois à l’augmentation de visiteurs et de salariés (Cast Members) ?

Voir réponse ci-dessus (Q : « Quel sera l’impact sur le trafic routier après les travaux ? »)

Dans votre projet d’expansion avez-vous pensé à un secteur dédié au dépose-vélos ou 2 roues pour les visiteurs des parcs ?

Le système de parking pour les 2 roues a été prévu pour nos salariés aux entrées des coulisses des Parcs. Nous avons pour l’instant très peu de visiteurs qui viennent en deux roues mais c’est un sujet sur lequel nous allons réfléchir, qui n’est pas encore déterminé à ce jour.

Est-il prévu qu’Île-de-France Mobilités réaménage les ronds-points en carrefours à feu pour le passage du TCSP (Transport collectif en site propre) ?

Cette réflexion fait partie des hypothèses, mais à ce stade, rien n’est arrêté.

Ces sujets-là se traitent au sein d’Île-de-France Mobilités.

Comment répondez à l’inquiétude de l’encombrement routier et à la saturation de l’A4 dûs à l’augmentation du nombre de visiteurs ?

C’est une inquiétude qui se comprend, qui est réelle et qui est générale au niveau francilien.

L’autoroute A4 est un sujet de préoccupation mais aussi d’étude et de réflexion sur tout l’Est parisien par la DRIEA. La liaison routière entre la départementale 96 et l’échangeur autoroutier peut avoir un impact local important. La SANEF, qui est le concessionnaire de l’autoroute A4 allant jusqu’au pont de Nogent, est en discussion avec l’Etat sur les modifications à apporter et le préfet de la région d’Île-de-France est saisi du dossier.

Sur le RER A, 1 train sur 3 seulement s’arrête en heure de pointe à Val d’Europe. Pourquoi ?

C’est un sujet qui relève de la RATP et lui sera relayé. Il est à noter que la RATP prévoit d’augmenter la fréquentation et permettra l’optimisation de l’exploitation de la ligne d’ici à 2025, avec l’achèvement de la voie de retournement à Chessy qui doit permettre d’éviter les arrêts à Torcy et d’assurer la continuité du service jusqu’à Chessy.

Le pont qui passe au dessus de la voie ferrée va-t-il également être doublé ? La partie piétonne de ce pont est délabrée. Qu’est-il prévu ?

Il y a déjà un tablier existant sur cette section. Lorsque nous réaliserons le doublement de l’avenue Hergé, nous utiliserons ce tablier pour réaliser une piste cyclable et une voie piétonne afin de prévoir une continuité urbaine.

Pourquoi n’y a-t-il pas de représentant d’Ile-de-France Mobilités pour répondre aux questions sur les transports en commun ?

Ile-de-France Mobilités n’est pas présente pendant les réunions publiques car celles-ci sont organisées par les deux maitres d’ouvrage Euro Disney et l’EPAFrance. C’est donc aux porteurs de projet d’accueillir le public et répondre à ses questions.

En revanche, des temps d’échanges ont régulièrement lieu, ouvrant notamment des discussions sur le plan de renforcement du RER annoncé par la RATP et le rôle des porteurs du projet est d’en assurer le suivi. Une instance est prévue fin novembre avec le préfet de la région d’Ile-de-France pour indiquer les points de débat à venir.

Comment cela se passera-t-il pour les personnes qui se déplacent en vélo ?

Il existe un dispositif de pistes cyclables déjà très développé et qui va être renforcé de façon à faciliter la circulation en vélo sur le territoire.

Par ailleurs, des études sont lancées pour mieux comprendre les méthodes de déplacement, certaines sont encore au stade de la réflexion.

Est-ce que le renforcement de la portion 934 et RD5 est acté et financé ?

Les études sont financées mais non le renforcement de ce tronçon n’est pas acté. L’intégration d’Esbly dans Val d’Europe pourrait accélérer les prises de décisions.

La ligne TCSP de Montévrain va-t-elle voir le jour ?

Le tracé de ce TCSP est en débat entre les collectivités locales et la région Ile-de-France et il nécessite d’être clarifié avant d’avancer sur sa réalisation.

Est-ce que le barreau va se faire ?

Le projet du barreau est financé et va désengorger les voies routières.

Le calendrier de livraison est étalé et est géré en direct entre l’Etat et la SANEF.

sur l’immobilier

Quel sera l’impact de l’extension sur le prix de l’immobilier à Val d’Europe ?

Comme tout territoire en Ile-de-France, il y a une pression sur les prix immobiliers.
Par ailleurs, il y a une forte dynamique sur le Val d’Europe avec l’alliance de la destination touristique et la destination urbaine.
Cette dynamique permet la construction de nouvelles infrastructures, des emplois, des commerces de proximité et des capacités d’investissements au service de la qualité de vie des habitants, nous pouvons raisonnablement penser que le foncier sera d’autant plus recherché
Toutefois, nous construisons entre 25 et 30% de logements sociaux dans les quartiers afin de permettre l’accueil d’une population socio-économique diverse.

Pour les Cast Members (employés de Euro Disney) il est devenu impossible de se loger avec des prix de loyers très élevés et des demandes de garanties impossibles selon nos salaires, est-ce qu’un plan d’action est prévu – notamment pour ceux habitants à moins de 30km de Euro Disney ne bénéficiant pas des logements Euro Disney ?

Nous avons des programmes de logements pour nos Cast Members que nous avons réhabilité et que nous continuons de réhabiliter et nous réfléchissons à augmenter leur capacité. Le bien-être de nos Cast Members est notre priorité. Leur logement est une réelle préoccupation de l’entreprise et du département des Ressources Humaines et nous travaillons sur ce point.

Par ailleurs, des quotas de logements sociaux de l’ordre de 25 à 30% sont systématiquement intégrés dans les nouveaux programmes.

Pouvez-vous en dire plus sur le parc urbain prévu à Chessy et son financement notamment ?

Le financement du parc urbain sur la ZAC des studios et Congrès à Chessy est assuré à travers la réalisation des opérations de logements et de bureaux qui sont organisés en phases (actuellement c’est la phase 4 en cours de réalisation).

La réalisation de la première partie du parc est d’ores et déjà prévue dans le cadre des développements immobiliers en cours et se terminant aux alentours de 2025.
Néanmoins, les discussions sont en cours pour valider le financement de la totalité du parc dans le cadre de la phase d’aménagement en cours.

Le développement de Val d’Europe se fait-il dans le cadre du PLUI ? Peut-on y avoir accès ?

Absolument, le PLUI est un document de planification en matière d’urbanisme qui permet de savoir ce qui va être fait et comment.

Le dernier document téléchargeable date de 2016 et est disponible sur le site de Val d’Europe Agglomération puisque c’est un document public. Des mis-à-jour y seront apportées dans les années qui viennent.

Le PLUI est consultable sur le site de Val d’Europe Agglomération: http://www.valdeuropeagglo.fr/plui-et-reglement-de-publicite/

Ou vont être logés les 1000 emplois créés ?

Les logements du Val d’Europe se développent en parallèle de la destination touristique, ce qui signifie que près de 300 à 400 logements sont construits par an.

30% de logements sociaux sont systématiquements inclus dans les nouveaux programmes de logements construits dans les différents quartiers.

Vous allez accueillir de nouveaux touristes, qu’en est-il des projets immobiliers hôteliers ?

Le projet des extensions a pour objectif d’offrir une expérience plus qualitative aux visiteurs. Ainsi le besoin d’hôtellerie n’est pas immédiat et il est en cours d’études. Des programmes hôteliers avec des opérateurs tiers continuent d’être développés au sein du Golf et dans le tissu urbain.
Nous attendons, à terme, une augmentation de la fréquentation qu’il est très difficile de quantifier à ce stade, et qui n’est pas le principal objectif poursuivi dans le cadre de cette extension. En effet, avec ce projet, nous cherchons avant tout à offrir des parcours plus complets pour nos visiteurs, afin qu’ils séjournent plus longtemps dans la destination. Il en résultera probablement une augmentation de la fréquentation, mais qui devrait pouvoir être supportée par les infrastructures existantes et à venir.

sur l’environnement

Depuis 15 ans je constate qu’il y avait encore des terres agricoles, et ça n’arrête pas de bétonner, dans quelle mesure inclus-t-on cette dimension pour préserver notre qualité de vie ?

La ZAC des Studios et des Congrès et les extensions du Parc Walt Disney Studios qui en font partie sont implantées sur des terrains propriété d’EPAFrance classés en zone urbaine, voués au développement économique et touristique. Ces terrains ont été dès l’origine du projet Euro Disney susceptibles d’être cédés à la société, précisément dans cette optique de développement. Les emprises foncières qui accueilleront l’extension du Parc Walt Disney Studios ne sont pas des terrains agricoles.

Y aura-t-il une augmentation des pistes cyclables ?

Le financement des pistes cyclable est mutualisé à l’ensemble des opérations à Val d’Europe. La prochaine étape est de réaliser : les pistes Hergé Schuman RD5 jusqu’à la ZAC des Trois Ormes et les deux pistes de l’Avenue Séramy et l’avenue Gossigny.

Est-il possible de devenir plus éco-responsables dans la construction de nos bâtiments ? Prenons-nous suffisamment en compte l'environnement local? (eaux souterraines, espèces locales, etc.)

Le projet d’extensions s’inscrit dans une série d’engagements en faveur de la préservation de l’environnement et du développement durable. La méthode One Planet Living (cf pour plus de détails http://wwf.panda.org/fr/wwf_action_themes/modes_de_vie_durable/principes_one_planet_living_developpement_durable/), tout d’abord, qui inspire le développement de Val d’Europe et des Parcs Disney, ou encore la Charte pour le développement durable du Val d’Europe, signée en 2013 par EPAFrance, le SAN du Val d’Europe (prédécesseur de VEA) et Euro Disney.
Le Groupe Disney est également engagé à l’échelle globale et internationale sur le développement durable et il s’est ainsi donné comme objectif (cf présentation disponible sir le site internet dédié à la concertation) de :
• Réduire à 2020, les émissions de GES de 30% par rapport au niveau de 2012
• Atteindre à l’horizon 2020, un taux de 60% de valorisation pour les déchets opérationnels et un taux de 75% pour les déchets de constructions
• Réduire à l’horizon 2018, la consommation potable de 16% par rapport au niveau des indicateurs relevés en 2013.
Pour réaliser ces objectifs, Euro Disney SAS a également :
A/ financé, en concertation avec les collectivités locales, et le support de l’État et de la Région Île-de-France, le déploiement d’un réseau de géothermie permettant de développer le recours à une énergie verte sur une grande partie du secteur IV de Marne-la-Vallée. Depuis Février 2018, Disneyland Paris utilise cette énergie en provenance de Villages Nature Paris, un de nos hôtels Disney pour desservir les Parcs et la zone touristique avec une production de 20GWh/an représentant 20% de nos besoins correspondants. Cette source d’énergie renouvelable et durable ne produit aucun gaz à effet de serre.
L’utilisation de l’énergie géothermique nous aide à réduire sérieusement l’empreinte carbone de notre destination
B/ lancé en 2010 la construction d’une usine de traitement et de recyclage des eaux usées pour les besoins du fonctionnement du site. Cette installation d’une capacité d’environ 750 000 mètres cubes par an a été mise en service en 2013. L’usine permet d’économiser 300 000 mètres cubes d’eau par an.
C/ engagé les démarches pour développer un parc de panneaux photovoltaïques sur le parking visiteurs pour installer, un parc de 33 MWhc représentant 15% de l’énergie électrique actuellement consommé. Ce projet est toutefois soumis à l’accord de la Commission Régionale de l’Energie.
Enfin, il faut noter qu’Euro Disney achète auprès des opérateurs d’énergie un pourcentage significatif d’énergie renouvelable.

Le PLUI est consultable sur le site de Val d’Europe Agglomération: http://www.valdeuropeagglo.fr/plui-et-reglement-de-publicite/

La création de nouveaux bassins de rétention sur la zone et notamment à côté de l’usine Bic sont proches des habitations, quels sont les risques de débordement et d’inondation ?

A l’origine, 27 bassins ont été prévus et seront pour assurer la gestion pluviale et éviter tout problème d’inondation sur le territoire de Val d’Europe au sens large. La totalité des bassins seront réalisés au fur et à mesures des développements pour assurer leur réalisation. Le calendrier final n’est toutefois pas connu car la totalité des développements ne sont pas encore programmés.

Est-ce que les bâtiments existants et ceux de l’extension et des autres projets annexes sont et seront autonomes énergétiquement ?

Les bâtiments sont conçus dans le respect des règlementations énergétiques françaises et européennes, qui sont parmi les plus strictes au monde. Nous utilisons la géothermie pour chauffer tous les nouveaux bâtiments de l’extension, ce qui dépasse les exigences réglementaires. Vous pouvez également consulter la question « Est-il possible de devenir plus éco-responsables dans la construction de nos bâtiments ? » pour plus d’informations.

Tout est bétonné comment l’eau peut pénétrer, notamment en période de fortes pluies et d’inondations ?

Nous respectons la règlementation française en matière de capacité d’absorption d’eau de pluie. L’entièreté des extensions n’est pas bétonnée puisque seulement un tiers de la surface sera recouverte d’une dalle. Puis de nombreux jardins, arbres, verdures seront ajoutés.

Vous semblez avoir pris la thématique paysage à l’échelle de la ZAC, avez-vous pris également en compte la thématique du grand paysage ?

Il existe effectivement une vue plus globale sur la thématique du paysage, à l’échelle de Val d’Europe. Les trames vertes, les plans d’eau, les parcs, les aménagements jusqu’à Coupvray, tous les paysages s’insèrent de manière cohérente et harmonieuse à Val d’Europe.

Le périmètre autour de Val d’Europe (Montry / Esbly) va-t-il être connecté au réseau de bassins de retention des eaux pluviales ?

Le système des bassin est étudié de manière cohérente sur une zone très large, comprenant Esbly et Montry. Dès lors que des développements immobiliers se réalisent sur ces communes, les bassins sont automatiquement connectés au réseau existant.

Quel est le rôle des bassins, et de quelle manière vont-ils favoriser la biodiversité ?

Les bassins ont un rôle de régulation des eaux, et ont une capacité à absorber une crue centennale. Depuis la création de ces bassins, la ville de Montry n’est plus inondée par le ru du Lochy.

Les bassins sont créés par l’homme mais engendrent une biodiversité naturelle. De manière générale, la flore qui se développe autour des bassins permet le developpement de la biodiversité, puisque les bords des bassins et les bassins eux-mêmes peuvent héberger des espèces aquatiques.

Il y a aujourd’hui des vols d’oies au-dessus des villages de Val d’Europe entre les différents bassins qui n’existaient pas auparavant.

Val d’Europe Agglomération gère l’entretien des bassins.

Allez-vous anticiper la RT2020 sur les attractions ou la construction de bâtiments passifs ?

Euro Disney est dans une réflexion à l’échelle globale du parc de façon à réduire l’impact et la consommation énergétique le plus possible. La gestion de la consommation d’énergie se fait de manière globale sur toute la destination touristique, et non bâtiment par bâtiment ou attraction par attraction. C’est pour cette raison que le réseau de géothermie, par exemple, a été réalisé, pour bénéficier à l’ensemble du Parc.

La France revoit sa réglementation sur les normes thermiques, et donc en 2020, il s’agira d’une RE (Réglementation Environnementale) et non d’une RT (Réglementation Thermique).

Faîtes vous le tri des déchets dans les parcs et dans les communes de l’agglomération ?

Les parcs ont une politique de tri des déchets, et Val d’Europe Agglomération en a également une pour mettre en place des systèmes de tri pour les habitants de l’agglomération urbaine.

Des contrôles sont censés être faits sur le suivi environnemental des chantiers, qu’arrivera-t-il si certaines entreprises ne les respectent pas ?

Les entreprises chargées par de la maîtrise d’œuvre pour le compte des maîtres d’ouvrage font le suivi des chantiers, notamment pour vérifier que les entreprises prestataires respectent les chartes que nous mettons en place et les dispositifs environnementaux. Si ces mesures ne sont pas respectées, il existe des pénalités pour ces entreprises en charge de la maîtrise d’œuvre.

Qu’est-il prévu afin d’éviter les inondations sur les bords du Morin ?

Tous les développements urbains, dont le circuit complet de la gestion des eaux pluviales de Val d’Europe sont instruits et vérifiés par des services étatiques, compétents sur une échelle bien plus large que seulement celle de Val d’Europe, pour vérifier qu’il n’y a aucune conséquence en la matière.

Comment se situe le parc Disneyland Paris par rapport aux autres parcs dans le monde au niveau des performances énergétiques ?

Etant donné les différences de surfaces bâties, le nombre annuel de visiteurs et de salariés, les conditions climatiques et les règlementations applicables auxquelles sont soumis les six Parcs situés dans quatre pays différents, il est difficile voire impossible de dresser une comparaison significative. En revanche, comme présenté lors de la réunion du 14 novembre, nous poursuivons les mêmes objectifs de Groupe concernant la réduction de notre empreinte environnementale, qui incluent notamment la réduction d’ici 2020 des émissions de GES de 30% par rapport au niveau de 2012.  Pour atteindre cette cible, les équipes Environnement de Disneyland Paris échangent régulièrement avec leurs homologues des autres Parcs, notamment pour partager les bonnes pratiques et les critères de conception et les technologies éprouvées.

En termes de géothermie, le site de Disneyland Paris est-il unique au sein du groupe ?

Oui, le réseau de géothermie mis en place sur le site de Disneyland Paris est unique au sein du groupe.

sur l’impact pour les résidents

Comment ce projet impacte les habitants de manière générale ? Quel nombre d’habitants et de touristes est-il prévu en plus ?

Les extensions auront des répercussions positives pour l’économie locale et cela va contribuer à l’attractivité de Val d’Europe. Donc en effet, le territoire va gagner en nombre d’habitants ; les collectivités publiques visent l’objectif de 60.000 habitants pour 60.000 emplois à l’horizon 2030/40. Et Euro Disney SAS et l’EPAFrance espèrent bien atteindre ces objectifs et mettront collectivement tout en œuvre pour protéger la qualité de vie des riverains.

Nous attendons, à terme, une augmentation de la fréquentation qu’il est prématuré de quantifier à ce stade, et qui n’est pas le principal objectif poursuivi dans le cadre de cette extension. En effet, avec ce projet, nous cherchons avant tout à offrir des parcours plus complets pour nos visiteurs, afin qu’ils séjournent plus longtemps dans la destination.

Les développements en infrastructures (doublement de voirie, routes, augmentation de l’offre de transport public…) en cours de réalisation ou prévus pour les années à venir dans l’agglomération de Val de d’Europe tiennent compte de cette augmentation de fréquentation.

Quel impact sur mon quotidien de riverain, notamment en termes de travaux et de chantier et ensuite en termes de nuisances sonores ?

Durant le chantier, Eurodisney SAS et EPAFrance prendront l’ensemble des dispositions pour assurer un chantier en bon voisinage avec les riverains.

Pour cela, il peut être noté :

  • Qu’EPAFrance et Euro Disney imposent à l’ensemble de leurs entreprises et sous-traitants un cahier des charges dit du secteur 4 de Marne le Vallée qui organise les chantiers et définit les prescriptions nécessaires en termes de circulation et itinéraires des camions de chantier, nettoyage des voies…etc
  • Qu’Euro Disney ajoutera à cela un autre cahier des charges spécifique : la charte de chantier vert, qui complète les prescriptions en matière de protection de l’environnement (protection des arbres, tri sélectif des déchets de chantier, traitement et recyclage, découpage et usinage de matériaux hors site pour éviter la production de bruit).

La Charte de Chantier Vert sera appliquée aux opérations afin de rendre les nuisances les plus faibles possibles. Les objectifs de la Charte sont ceux qui permettent de mieux contrôler l’environnement sur les chantiers, à savoir:

  • Limiter les risques sur la santé des ouvriers
  • Limiter les impacts sur la biodiversité;
  • Améliorer la gestion des déchets;
  • Limiter les pollutions;
  • Limiter les nuisances (riverains / acoustiques)

Ces dispositions optimisent notamment la localisation des zones de stockage temporaire des matériaux et limitent notamment les nuisances visuelles.

Les extensions vont-elles générer des nuisances sonores et visuelles complémentaires à celles existantes ?

Une étude d’impact a été réalisée en 2013 et elle incluait les extensions des Walt Disney Studios.
Cette étude a permis de pré-dimensionner un merlon de terre qui sera paysager et qui sera au plus proche des émetteurs de sons.
Cette étude est en cours d’actualisation et elle permettra d’ajuster la forme du merlon pour réduire les impacts sonores et assurer une conformité à la réglementation.
Par ailleurs, il est à noter que pour les attractions, les personnes seront à l’intérieur de bâtiments. Les sons émis par les visiteurs le seront donc dans les bâtiments et seront ainsi réduits.
Enfin, techniquement Euro Disney travaille à réduire les émissions de sons dès l’origine avec
• les nouvelles techniques de feu d’artifices régulièrement améliorées
• des émetteurs de sons orientés dans des direction précises pour réduire les nuisances perçues au-delà.
Par ailleurs, Eurodisney réalise des contrôles systématiques pour l’ensemble des émissions lors des spectacles de nuit pour vérifier le suivi des seuils réglementaires.

Pour plus d’informations : voir le résumé de l’étude d’impact de 2013 inclus dans le dossier de consultation que vous pourrez retrouver sur le site internet de la concertation préalable.

Quel sera l’impact sur mon paysage et ce que je pourrais voir ?

Le parc étant déjà existant, le paysage observé par les riverains restera dans la même ambiance.
A savoir comme aujourd’hui une part importante du territoire, des merlons paysagers d’une hauteur suffisante viendront limiter l’intrusion visuelle des attractions et des bâtiments de logistiques qui les font fonctionner.
Seuls les hauts des attractions seront visibles depuis les quartiers d’habitats.

Il est à noter que seront construits à terme, entre les attractions et les bâtiments de logements du quartier des Studios, quartier de logements le plus proche, des bâtiments avec des vocations diverses (bureaux, activités, équipements) et qui viendront faire écran entre les deux.

Souvent, nous avons des avantages quand nous travaillons dans une entreprise sur ses produits, pourquoi ne pas avoir d’avantages quand on vit dans cette ville et dans ce territoire pour accéder aux parcs Euro Disney ?

Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure d’offrir un avantage spécifique aux résidents car nous ne sommes pas « en droit (par l’intermédiaire de la Commission européenne) d’effectuer des réductions uniquement basées sur une situation géographique ». Cependant, étant donné la proximité des habitants de la région Ile-de-France, il existe un avantage considérable pour participer aux saisons spéciales de la destination, telles que le lancement prochain de la saison de Noël, Legends of the Force (en Janvier), Pirates et Princes et Marvel (au printemps prochain) ou encore pour profiter de tous les bénéfices des pass annuels.

En tant qu’habitants de Montévrain nous sommes exclus des avantages économiques, dans nos impôts par exemple, alors que nous subissons les impacts au quotidien. Qu’en est-il ?

Le périmètre de la concertation porte sur Val d’Europe et Montévrain, et les bénéfices ne seront pas que sur le territoire de Val d’Europe mais aussi sur les communes limitrophes.
En effet, il existe un réel bénéfice indirect sur la commune de Montévrain qui participe à la dynamique du territoire, notamment en termes d’implantation de bureaux, d’hôtels, et plus globalement sur la qualité de vie des habitants.

Quelles sont les prévisions en termes de fréquentation ?

Nous attendons, à terme, une augmentation de la fréquentation qu’il est très difficile de quantifier à ce stade, et qui n’est pas le principal objectif poursuivi dans le cadre de cette extension. En effet, avec ce projet, nous cherchons avant tout à offrir des parcours plus complets pour nos visiteurs, afin qu’ils séjournent plus longtemps dans la destination. Il en résultera probablement une augmentation de la fréquentation, mais qui devrait pouvoir être supportée par les infrastructures existantes.
Les extensions auront des répercussions positives pour l’économie locale et cela va mécaniquement contribuer à l’attractivité de Val d’Europe. Donc en effet, le territoire va gagner en nombre d’habitants ; nous espérons ainsi atteindre l’objectif fixé dans les documents d’urbanisme (projet d’intérêt général), de 60.000 habitants pour 60.000 emplois. Et nous mettrons collectivement tout en œuvre pour protéger la qualité de vie des riverains.
D’ailleurs, les études menées par EPAFrance montrent que les phénomènes d’encombrement du réseau routier observés sur le territoire ne sont pas liés aux flux touristiques.
Nous le verrons par la suite, les développements en infrastructures prévus pour les années à venir dans le Val de d’Europe sauront aussi prendre en compte et répondre à ces interrogations.

À la sortie de la gare il était question de faire un accès directement sur l’esplanade, qu’en est-il de ce projet qui devait voir le jour en 2019 et qui n’a pas commencé ?

Un point positif qui prouve bien que nous sommes attentifs à ce sujet : le nouvel accès RER A au Sud de l’esplanade (en cours de construction et qui sera livré en juin 2019) permettra d’accéder au RER sans passer par les contrôles de sacs.
Des voies dédiées aux riverains existent déjà. La sécurité est la première de nos priorités.
Les contrôles des sacs sur l’esplanade participent du respect des prescriptions en matière de sécurité. Néanmoins, comme vous le savez, nous sommes une destination touristique. A ce titre, nous avons une obligation forte de sécurité qui relève à la fois de notre politique de groupe et de nos engagements vis-à-vis de l’Etat français.
Nous faisons tout notre possible pour concilier cette exigence forte de sécurité avec l’accessibilité de tous (et notamment des riverains) aux différentes infrastructures reliées par l’esplanade.

L’esplanade publique a été rendue privée et une décision de justice a confirmé que ce n’était pas légal, rien n’a été fait pourquoi ?

L’EPA est propriétaire de la partie publique de l’esplanade et a consenti à un contrat d’occupation de longue durée avec Euro Disney pour assurer la maintenance, l’entretien et la sécurité.

Avez-vous prévu le retour d’un dispositif de sécurité conséquent sur l’esplanade dont les entrées sont saturées aujourd’hui ?

La sécurité est la première de nos priorités.
Les contrôles des sacs sur l’esplanade participent du respect des prescriptions en matière de sécurité. Néanmoins, comme vous le savez, nous sommes une destination touristique. A ce titre, nous avons une obligation forte de sécurité qui relève à la fois de notre politique de groupe et de nos engagements vis-à-vis de l’Etat français.
Nous faisons tout notre possible pour concilier cette exigence forte de sécurité avec l’accessibilité de tous (et notamment des riverains) aux différentes infrastructures reliées par l’esplanade.
De plus, la sécurité aux abords des portes des Parcs est soumise au plan Vigipirate avec la présence de militaires aux abords de la gare. La sécurité de nos visiteurs est la priorité d’Euro Disney.

Les habitants ont une autre forme de nuisance, les nuisances liées aux touristes et notamment les passages de touristes pour des logements occupés de manière saisonnière, que peut-il être fait ? (Airbnb)

Il est difficile de se prononcer à ce stade du projet. Nous sommes néanmoins concernés par les nuisances générées par les locations Airbnb dans le centre urbain en particulier. La loi ELAN (portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) adoptée récemment par le Parlement est venue renforcer l’arsenal juridique à la disposition des communes pour notamment contrôler (i) l’obligation de déclaration des propriétaires, (ii) le respect du nombre de jours maximum de location et (iii) aggraver les sanctions financières (amendes) qui pourront être prononcées contre les loueurs de meublés pour une courte durée.

Est-ce que le developpement d’Airbnb constaté est issu directement de l’insuffisance hôtelière de Disney ou est-ce un phénomène qui accompagne le développement de toutes les villes ?

Nous sommes en cours de développement sur notre offre hôtelière. Val d’Europe est la première destination touristique d’Europe et le 5ème  parc hôtelier français. Malgré cela, il y a quand même une augmentation de l’offre Airbnb sur le territoire, qui apporte une offre différente d’hébergement (certaines personnes préfèrent un hébergement indépendant). De nouvelles dispositions légales ont été adoptées tout récemment permettant aux communes de réguler ce phénomène. Les mesures à adopter appartiennent aux élus en fonction des possibilités légales, notamment de la taille des communes et de l’agglomération concernée.

Pensez-vous qu’un merlon puisse empêcher les nuisances sonores pour un immeuble de 5 étages ?

Une étude d’impact, faite en 2013, avait fixé le merlon acoustique à environ 8m. Une étude accoustique plus précise a été lancée afin de déterminer si la hauteur doit être recalculée, en fonction de la nature des attractions et spectacles qui seront dans l’extension.

L’ensemble de ces éléments seront mis à disposition dans le cadre de l’enquête publique.

Pourquoi avoir pensé cette extension à côté d’une zone du Val d’Europe qui est de plus en plus habitée ? Pourquoi ne pas développer une zone plus loin du Parc ?

Le centre urbain de Val d’Europe est desservi par le RER et donc propice à structurer des zones de logement. Les habitations limitrophes ne seront pas collées au Parc mais en seront séparées par une zone dédiée aux activités et bureaux qui constitueront une zone de protection en plus du merlon paysager.

Y aura-t-il une route provisoire prévue pour les camions de chantier ? Cela va-t-il gêner les populations locales ?

Des infrastructures seront construites dès la première phase de travaux pour permettre à Euro Disney de réaliser son chantier en intérieur.

Des routes et des plateformes de chantier seront reliées aux voiries structurantes, mais tout sera fait pour limiter l’impact sur le voisinage. Il existe des prescriptions pour fixer les horaires de passage et minimiser les nuisances. Par exemple, une charte de chantier qui respecte nos standards élevés d’exigences s’applique à l’ensemble des sociétés avec lesquels nous travaillons.

Réfléchissez-vous à transformer Val d’Europe en smart city, notamment avec des nouvelles technologies pour réguler les feux, l’énergie, la lumière ?

Euro Disney y réfléchit avec l’EPA. Ces innovations permettent d’améliorer l’usage et le confort des habitants, en plus de participer aux économies de coûts.

Existera-t-il un accès plus facile vers le parking visiteurs pour les locaux ?

Le parking visiteur est avant tout construit pour gérer le flux de visiteurs des parcs.

Il existe également 2 parkings publics à la disposition des résidents locaux qui souhaitent accéder à la gare SNCF.

sur le chantier

Quel sera l’impact sur le trafic routier pendant les travaux ?

Les différents cahiers des charges rappelleront aux entreprises les règles de circulation (privilégier l’axe autoroutier A4 et les itinéraires obligatoires). Il sera mis en place une aire de stationnement dans l’enceinte du chantier dédiée aux camions et aux différents engins.

Les travaux routiers réalisés par l’Aménageur public (EPAFrance) ou dans le cadre des infrastructures secondaires des ZAC constituent des doublements d’infrastructures existantes. Dans ce cas les travaux se feront sur des emprises parallèles aux voies existantes en minimisant la perturbation du trafic, en début et en fin de chantier les travaux de raccordement du chantier et de mise en service des ouvrages terminés nécessiteront des organisations spécifiques à proximité des points de jonction.

Quel sera l’impact sur le trafic routier après les travaux ?

Les heures de pointes urbaines (induite par l’activité et la vie de la ville) sont distinctes des heures de pointes touristiques. Les études menées depuis 1987 démontrent que les deux effets ne sont pas cumulatifs. Les études de trafic réitérées et complétées annuellement traitent les deux sujets et leurs interactions et permettent de dimensionner et de prévoir des dates optimales de réalisation des infrastructures.

En parallèle au développement des Walt Disney Studios, cinq axes routiers principaux seront doublés et finalisés dans leur configuration à terme :

  • La liaison entre le boulevard circulaire sud et Coupvray (Hergé – Schumann – CD5 jusqu’à la RD934, le dernier tronçon constitue le raccordement Est du boulevard circulaire avec la RD934).
  • Le Boulevard circulaire entre le rond-point C0 Chessy-Montevrain et l’entrée des Back stages de Disney (coté ZAC de Chessy)
  • La liaison entre l’A4 et le centre commercial du Val d’Europe et le futur quartier urbain des Gassets.
  • Le raccordement ouest du boulevard circulaire avec la RD934 au droit de la ZAC de Chessy.
  • La liaison dite « demi barreau » reliant au sud de l’A4 la RD96 à l’échangeur de Bailly et qui aura un effet majeur en limitant le trafic de la RD406 dans la traversée de Bailly-Romainvilliers.

Le Bd circulaire (Rocade) sera complété à plus long terme.
La RD934 est appelée à un fonctionnement plus urbain. A travers Chessy elle est déjà modifiée, à travers Coupvray la transformation est prévue dans le cadre des ZAC de Coupvray et des Trois Ormes.

Le doublement de la RD 231 sera poursuivi dans le cadre des investissements routiers du conseil départemental.

Le merlon sera-t-il construit au début ou à la fin du chantier ?

Le merlon se fera dans les premières phases de travaux. Son paysagement en revanche ne sera pas immédiat.

Concernant le bassin de 3 hectares prévu dans l’extension du Parc, comment vont être gérés les terres issues des bassins ?

Il y aura un pourcentage élevé de réutilisation des terres sur site, de l’ordre de 65/70 %.

Quels seront les horaires de chantier ?

Il s’agira d’un chantier de jour, qui suivra des horaires classiques (Début aux environs de 7h jusqu’à environ 16h ou 17h).

Comment va s’articuler le chantier de dédoublement de voies en plus du chantier de l’extension ?

Un calendrier de chantier existe pour procéder par phase, d’abord une phase d’étude puis de travaux. La réalisation des infrastructures pour créer la plateforme et les accès de chantier vont se faire en 2019 avant que le chantier de l’extension ne commence.

L’EPA est en mesure de gérer de façon optimale les flux de véhicules par chantier.

Les camions de chantier vont-ils passer au niveau des coulisses du parc ?

Des études sont en cours pour savoir si les routes intérieures des coulisses du parc seront utilisées.

Le chantier va durer 6 ans, est-il prévu d’avoir de la communication au sujet des phasages de chantier ?

Pour les habitants : une communication est prévue sur les phasages du chantier via des panneaux de chantier dans les communes.

Pour les Cast Members : les informations seront disponibles sur le Hub.

Comment seront gérées les interactions du chantier avec les chantiers voisins ?

La coordination des chantiers est organisée par l’EPAFrance et les prestataires concernés par les projets.

Chaque chantier est anticipé et piloté en prenant en compte l’ensemble des travaux de Val d’Europe.

Les centrales à béton mobiles sont-elles envisagées ?

Au stade actuel de l’avancement de nos projets (en phase d’esquisse) les choix techniques ne sont pas encore figés. De ce fait il est prématuré de parler de la mise en place d’une centrale à béton mobile.

Posez vos questions à
dlp.concertation.wds@disney.com

Copyright Disney • Pixar © 2018. Tous droits réservés.